Question du mois

Question du mois

L’employeur doit-il motiver le licenciement moyennant un délai de préavis à prester lorsque celui-ci est suivi, durant le préavis, d’une décision de licenciement pour motif grave ?

1 novembre 2020

Scenario :

Le 6 juin 2020, la société Dupont décide de mettre fin au contrat de travail de Monsieur Sémillant moyennant la prestation d’un préavis de 12 semaines en raison de divers problèmes de performance et de comportement. Trois semaines après lui avoir notifié son préavis, la société Dupont décide de mettre fin au contrat de travail de Monsieur Sémillant pour motif grave. En effet, après avoir consommé de l’alcool au travail, Monsieur Sémillant a soudainement et sans raison attaqué son supérieur, lui cassant le nez et deux côtes. Ceci a eu pour effet de rompre irrémédiablement et définitivement la confiance nécessaire pour poursuivre la relation de travail.

Le 8 juillet 2020, Monsieur Sémillant envoie un courrier recommandé à la société Dupont en vue de connaître les motifs concrets qui ont conduit à son licenciement moyennant préavis à prester, tel que notifié le 6 juin 2020.

La société Dupont ne donne pas suite à cette demande dès lors qu’elle estime que la Convention Collective n°109 relative à la motivation du licenciement (« CCT n°109 ») n’est pas applicable au cas d’espèce, Monsieur Semillant ayant été licencié pour motif grave dans l’intervalle.

Monsieur Sémillant introduit une procédure en justice contre la société Dupont et réclame entre autres le paiement de l’amende civile correspondant à 2 semaines de rémunération pour avoir manqué de communiquer les motifs concrets du licenciement moyennant préavis.

Monsieur Sémillant est-il susceptible d’obtenir gain de cause devant le tribunal du travail ?

Bonne réponse!

Une tendance grandissante des cours et tribunaux considère que, lorsque l’employeur met fin anticipativement au préavis notifié (p. ex. en payant l’indemnité de rupture), le travailleur bénéficie de deux droits de motivation.

Il est en effet considéré qu’il peut être question de deux décisions de licenciement distinctes et que par conséquent la CCT n°109 et l’obligation de motivation qu’elle contient s’applique à chaque décision distinctement.

Selon cette jurisprudence il faut considérer le licenciement moyennant préavis comme la simple information que le contrat prendra fin à l’expiration « théorique » d’un période déterminée par le préavis ainsi notifié. Durant cette période, les droits et obligations découlant du contrat de travail continuent de subsister.

Cette information est à distinguer d’une décision de résiliation du contrat, qui elle se matérialise, par exemple, par une décision de rompre le contrat de commun accord, une décision de rompre le contrat pour motif grave ou encore une décision de rompre le contrat avec effet immédiat moyennant le paiement d’une indemnité de rupture.

Cette jurisprudence implique que le travailleur pourrait prétendre au paiement de l’amende civile en cas de défaut de communication des motifs des deux décisions de licenciement (c’est-à-dire deux amendes) ou de la première décision de licenciement en cas de motif grave notifié après le préavis.

En outre, le travailleur pourrait également prétendre à deux licenciements manifestement déraisonnables et donc à deux indemnités (en cas de licenciement avec effet immédiat sans motif grave (reconnu)). À cet égard, l’employeur serait tout à fait libre d’apporter pour les deux décisions de licenciement une motivation similaire ou une motivation différente.

Une jurisprudence (pour le moment) minoritaire considère à l’inverse qu’un seul congé est possible et que seules les modalités de la rupture changent (préavis/effet immédiat).

Vu l’absence d’une disposition claire concernant ce qu’il faut entendre par « licenciement » au sens de la CCT n°109, nous conseillons vivement à l’employeur qui mettrait fin anticipativement à un préavis notifié de répondre aux deux demandes de communication des motifs concrets du (des) licenciement(s) qui seraient formulées par le travailleur (pour autant que pareilles demandes soient faites dans les formes et les délais prescrits par la CCT n°109).

Mauvaise réponse...

Une tendance grandissante des cours et tribunaux considère que, lorsque l’employeur met fin anticipativement au préavis notifié (p. ex. en payant l’indemnité de rupture), le travailleur bénéficie de deux droits de motivation.

Il est en effet considéré qu’il peut être question de deux décisions de licenciement distinctes et que par conséquent la CCT n°109 et l’obligation de motivation qu’elle contient s’applique à chaque décision distinctement.

Selon cette jurisprudence il faut considérer le licenciement moyennant préavis comme la simple information que le contrat prendra fin à l’expiration « théorique » d’un période déterminée par le préavis ainsi notifié. Durant cette période, les droits et obligations découlant du contrat de travail continuent de subsister.

Cette information est à distinguer d’une décision de résiliation du contrat, qui elle se matérialise, par exemple, par une décision de rompre le contrat de commun accord, une décision de rompre le contrat pour motif grave ou encore une décision de rompre le contrat avec effet immédiat moyennant le paiement d’une indemnité de rupture.

Cette jurisprudence implique que le travailleur pourrait prétendre au paiement de l’amende civile en cas de défaut de communication des motifs des deux décisions de licenciement (c’est-à-dire deux amendes) ou de la première décision de licenciement en cas de motif grave notifié après le préavis.

En outre, le travailleur pourrait également prétendre à deux licenciements manifestement déraisonnables et donc à deux indemnités (en cas de licenciement avec effet immédiat sans motif grave (reconnu)). À cet égard, l’employeur serait tout à fait libre d’apporter pour les deux décisions de licenciement une motivation similaire ou une motivation différente.

Une jurisprudence (pour le moment) minoritaire considère à l’inverse qu’un seul congé est possible et que seules les modalités de la rupture changent (préavis/effet immédiat).

Vu l’absence d’une disposition claire concernant ce qu’il faut entendre par « licenciement » au sens de la CCT n°109, nous conseillons vivement à l’employeur qui mettrait fin anticipativement à un préavis notifié de répondre aux deux demandes de communication des motifs concrets du (des) licenciement(s) qui seraient formulées par le travailleur (pour autant que pareilles demandes soient faites dans les formes et les délais prescrits par la CCT n°109).

Vous avez des questions? Nous vous aiderons avec plaisir!

Articles archivés

01 Mar 2021 Un employeur qui démarre une entreprise en 2021 peut-il bénéficier d'une réduction des cotisations patronales pour ses premiers engagements?
01 Fév 2021 L’employeur, peut-il licencier un travailleur qui atteint l’âge de la pension, moyennant le paiement d’une indemnité de préavis ...
01 Jan 2021 Un employeur court-il le risque de payer deux indemnités en réparation du dommage moral en cas de discrimination fondée sur la maternité et le handicap?
01 Déc 2020 Un travailleur qui a moins de six mois d'ancienneté dans la société et qui a été licencié pour motif grave ...
01 Oct 2020 Un candidat qui n'a pas été élu lors des dernières élections sociales de 2016 bénéficie-t-il de la protection ...
01 Sep 2020 Pouvez-vous reporter tous les jours de vacances à l’année suivante ?
01 Aoû 2020 L'employeur peut-il accorder à ses travailleurs en chômage temporaire pour cause de "force majeure COVID-19" une indemnité complémentaire en plus de l'allocation de chômage ?
01 Juil 2020 Les délais de préavis déjà notifiés durant le chômage temporaire Covid-19 avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi : l’employeur doit-il maintenant faire prester l’entièreté du préavis ou le payer ?
02 Jui 2020 Le travailleur recouvre-t-il son droit à une indemnité de préavis complète (sans déduction de 4 semaines de rémunération) s’il n’a pas mis son employeur en demeure de lui faire une offre d’outplacement dans le délai imparti légalement ?