160 packages salariaux ramenés à 6: le tour de force de Schneider Electric

1 mars 2022
160 packages salariaux ramenés à 6: le tour de force de Schneider Electric

Schneider Electric a recruté en 2021 plus de 80 nouveaux collaborateurs en CDI: ingénieurs, techniciens d’intervention, commerciaux, professionnels du marketing, experts en GRH, etc.). Dans ce contexte, l'entreprise a revu entièrement ses avantages, en co-construction avec ses partenaires syndicaux grâce à un dialogue social renouvelé.

Schneider Electric est donc passée en trois mois de 160 packages salariaux à 6 packages harmonisés et attractifs pour ses 500 collaborateurs. «Au fil des acquisitions de nouvelles entités, d’empilement d’avantages individuels au gré des mobilités internes, mais aussi d’absences de règles claires, il était devenu nécessaire d’harmoniser nos avantages», explique Frédéric Blaisot, VP HR pour la Belgique et les Pays-Bas. «Cette demande était exprimée avec force par nos collaborateurs lors des enquêtes de satisfaction internes.»

Comme le souligne Frédéric Blaisot, trois objectifs ont guidé les travaux de l'entreprise.

1. Renforcer l’équité entre les collaborateurs.

2. Développer l’attractivité de l’entreprise, vis-à-vis des collaborateurs actuels et futurs.

3. Simplifier les processus RH afin de réduire la charge administrative.

4. Concentrer toute l’attention des équipes RH sur l’accompagnement des collaborateurs et la création de valeur pour l’entreprise.

Harmonisation et dialogue social

Mais comment conduire des changements aussi importants pour le quotidien des salariés, à un coût acceptable pour l’entreprise, et en faisant adhérer l’ensemble des équipes à ces changements? «Par un dialogue social transparent et dynamique avec les syndicats, avec un mot clé: la coopération», répond Frédéric Blaisot.

Une approche collective

Après avoir partagé l’état des lieux avec les partenaires sociaux, Schneider Electric a entamé une refonte complète de ses avantages par conventions d’entreprise. «Cette approche collective nous a permis d’éviter la renégociation individuelle des contrats de travail des 500 salariés.

Ces négociations ont été conduites étape par étape: d’abord tous les chèques cadeaux et autres tickets-repas, ensuite les primes annuelles, les frais professionnels, le temps de travail et enfin tous les bonus.»

Conventions d’entreprise par volets

Pour engager pleinement les syndicats et la direction dans cette transformation, Frédéric Blaisot s'est efforcé de formaliser dans un délai de trois mois chaque volet de négociation par un accord d’entreprise indépendamment des autres volets.

Résultat: cinq conventions d’entreprise ont été signées à l’unanimité des organisations syndicales. «Mais il a fallu accepter quelques sérieuses remises en question pour trouver les bons équilibres sociaux et les dispositifs salariaux les plus performants!»

Prochaine étape: le Flex Plan

«Disposant désormais de fondations solides, nous entamons une nouvelle étape dans notre politique d'avantages en préparant la mise en œuvre d’un Flex Plan», précise Frédéric Blaisot. Quelle est l’ambition de ce nouveau dispositif? Permettre à chaque collaborateur de visualiser sur une plateforme numérique l’ensemble de ses avantages et lui permettre de personnaliser en un clic son package en fonction de ses besoins.

«Convaincus que les avantages doivent s’adapter à chaque moment de vie des collaborateurs, nous avons souhaité innover en proposant cette nouvelle offre à la carte. Les jeunes parents pourront transformer une partie de leurs salaires en congés pour disposer de davantage de temps en famille. D’autres salariés préféreront transformer du temps en budget pour disposer du dernier modèle de téléphone ou de tablette, ou améliorer la couverture santé de leur famille. Certains souhaiteront renoncer à la voiture et convertir ce budget en un avantage mobilité (vélo électrique, abonnement train, location ponctuelle d’une voiture, etc.). À chacun une solution adaptée à ses besoins!»