6 jours de travail perdus sur 100 pour cause de maladie

21 janvier 2021
Texte
Francois Weerts
6 jours de travail perdus sur 100 pour cause de maladie

D'abord la bonne nouvelle: nous avons eu moins de jours d’absence pour maladie en décembre. Cependant, on observe une augmentation sur l’année de l'absentéisme total, qui passe de 5,35% en 2019 à 5,96% en 2020. Pour chaque 100 jours de travail, six jours ont été perdus pour cause de maladie l'année dernière. Ce sont les conclusions du dernier Employment tracker de SD Worx, basé sur les données salariales de quelque 1 million d'employés belges du secteur privé.

«Une baisse en décembre est toujours positive, mais pas anormale», souligne François Lombard, consultant senior de SD Worx. «Elle est généralement liée aux chiffres élevés des vacances de Noël.»

Cette année, le pic des absences de courte durée n'a pas été atteint en février, mais en mars, avec des chiffres supérieurs de 60% à ceux de l'année dernière (5,16%). Fait remarquable, le reste de l'année, les chiffres ont toujours été inférieurs, à l'exception de janvier (à peine plus élevé que l'année dernière) et d'octobre, mais ce pic a été moins prononcé qu’en mars: à savoir 16% de plus (3,70%).

Chômage temporaire

La baisse des chiffres au deuxième trimestre est due au pic du chômage temporaire (principalement en avril et en partie en mai), mais le télétravail obligatoire a également joué un rôle positif important en diminuant les risques. Le chiffre moyen pour l'ensemble de l'année 2020 reste plus ou moins stable à 2,72% (contre 2,67% en 2019).

En mars, un salarié sur cinq en moyenne (19%) était absent pendant au moins une journée de courte durée pour cause de maladie; en décembre, ce chiffre est tombé à moins d'un salarié sur dix (soit 7,56%) étant malade pendant au moins une journée.

Parmi les cinq premiers secteurs touchés en décembre, on trouve encore:

• l'assistance en escale dans les aéroports,

• le secteur des chèques-service,

• les métaux non ferreux,

• les services de santé fédéraux,

• les transports et la logistique.

Plusieurs secteurs de production alimentaire restent également dans les dix premiers (comme les industries de production de la pomme de terre et de la viande), même si les chiffres ont baissé.

Les secteurs fournissant des services essentiels sont les plus touchés

Dans le top 10 des secteurs où les absences de courte durée seront les plus nombreuses en 2020, on trouve:

• les établissements et services d’éducation et d’hébergement,

• les pharmaciens,

• le secteur de la santé,

• l'industrie sidérurgique,

• la distribution alimentaire,

• la banque et l'intermédiation en investissement,

• l'industrie alimentaire comme la production de conserves de légumes

Dans le top 10 de l'absentéisme plus faible en 2020 qu'en 2019

• l'aviation,

• l'événementiel

• la restauration,

• le papier et le carton,

• le secteur socioculturel, etc.

Seul l'absentéisme à moyen terme a augmenté (de 20%)

La proportion d'absences pour maladie d'un mois à un an augmente de 20% pour atteindre 3,22% en 2020.

Le pic d'absence à moyen terme en 2020 s'est produit en mars et avril, avec des chiffres supérieurs de près de 30% à ceux de 2019. Les absences pour maladie à moyen terme (entre 1 mois et 1 an) ont également été constamment plus nombreux que l'année précédente pour les cinq premiers mois de l’année, mais ce n'est plus le cas à partir de juin, bien que les chiffres d'octobre et de novembre soient au même niveau (à peine plus élevés) que 2019. En décembre, l'absence à moyen terme retombe à 2,45%, soit 5% de moins qu'en décembre 2019 (2,57%).

Perte globale

«Sur 100 jours de travail en décembre 2020, 4,29 ont été perdus pour cause de maladie de courte ou de moyenne durée. Au plus fort de la crise, ce chiffre était plus ou moins le double, à savoir 8,39. Pour l'ensemble de l'année, il y a eu – pour 100 jours à travailler – six jours perdus pour cause de maladie de courte ou de longue durée en 2020. Ce sont surtout les absences de maladie entre un mois et un an qui ont augmenté au cours d'une année marquée par le coronavirus.