Analytique: une question de culture RH

16 novembre 2022
Texte
Francois Weerts

Tous les secteurs auraient intérêt à rationaliser leurs processus de décisions en se tournant vers l’analyse de données. Mais la technologie n’est qu’une facette de l’enjeu. Il faut surtout enthousiasmer les salariés et leur montrer la valeur qu'engendre cet outil.

Texte: Véronique Van Vlassealaer

Une étude de Fortune Business Insights montre qu’au cours des deux prochaines années, de nombreuses entreprises identifieront l’intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage automatique (machine learning) comme leurs principales cibles d’investissement. Toutefois, la même étude révèle également que six personnes interrogées sur dix pointent précisément l’intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage automatique comme les deux domaines dans lesquels leur manque de compétences est le plus prononcé.

Les résultats d’une autre enquête indiquent que quatre analystes de données sur dix ne sont pas satisfaits de la manière dont leur entreprise utilise et implémente l’analyse et la modélisation des données. Qui plus est, ils sont tout aussi nombreux (42%) à estimer que les dirigeants n’utilisent pas l’analytique pour fonder leurs prises de décisions.

Où le bât blesse-t-il?

Nul besoin de préciser que transformation numérique et analyse de données vont de pair. Mais si l’on n’utilise pas les résultats de l’analytique pour appuyer ses décisions, elle n’est qu’un instrument inutile qui, à long terme, n’aura d’autre conséquence qu’une diminution du retour sur investissement du processus de transformation numérique. C’est d’ailleurs la situation dans laquelle se trouvent actuellement de nombreuses sociétés. Principaux problèmes? Le manque de communication interne, une culture d’entreprise qui n’a pas encore totalement compris l’importance de décisions basées sur les données, ou encore une équipe de direction qui préfère se fier davantage à son intuition et à ses habitudes qu’aux analyses.

Il est bien entendu important de se doter d’une bonne technologie et d’élaborer des modèles analytiques robustes. Mais si vous désirez que les informations qui émergent de l’analytique débouchent réellement sur du concret, il est au moins tout aussi important de construire une culture qui soit irriguée par les données. Les analystes, les membres de la direction et les salariés doivent acquérir de nouvelles compétences et convenir de la manière dont ils utiliseront l’analytique au quotidien.

Communication interne

C’est là que la communication interne joue un rôle prépondérant. En l’absence de moyens, d’un mandat et de connaissances permettant d’expliquer la valeur d’un bon modèle à la direction ou au reste de l’entreprise, tout le travail effectué par un analyste des données risque d’être perdu. Malheureusement, ce changement ne se produit pas de lui-même. Ici encore, vous avez besoin de comprendre quelles compétences vous font défaut et quelles formations sont nécessaires afin d’acquérir ou de continuer à développer les bonnes compétences.

À cet égard, l’étude de Fortune Business Insights à laquelle nous faisions allusion ci-dessus établit que trois quarts des entreprises désirent former leur personnel actuel et que 63% recherchent de nouveaux talents. La première option est la solution économiquement la plus efficace, mais les personnes interrogées évoquent différents obstacles. Par exemple, un manque de temps et de motivation mais aussi la crainte qu’un individu parte pour la concurrence en emportant avec lui ses compétences fraîchement acquises.

Quatre registres

L’Institut international pour l’Analytique pointe différentes conditions auxquelles une organisation doit satisfaire si elle veut extraire de la valeur des données et si elle veut pouvoir revendiquer le titre de société pilotée par les données. Ces conditions peuvent être résumées en quatre grands registres.

Leadership. L’équipe de direction de la société doit mettre l’accent sur des décisions pilotées par les données, les supporter et les appliquer.

Solutions technologiques. Une infrastructure technologique doit être présente afin de rendre l’analyse de données possible.

Formation. L’entreprise doit former les individus à la prise de décisions basées sur les données et améliorer les compétences analytiques des employés, à chaque étape de leur développement.

Culture. Les prises de décisions étayées par des données doivent être indissociablement ancrées dans la culture. Pour ce faire, votre entreprise doit développer un environnement où les données constituent le socle de toute collaboration.

Des évangélistes?

Dans un monde idéal, un analyste de données se transforme en évangéliste, prêchant la valeur de l’analyse de données au reste de l’entreprise. De leur côté, les dirigeants donnent l’opportunité aux analystes de données de progresser et de développer les compétences nécessaires. Tout naturellement, il doit toujours y avoir place pour des expérimentations à l’aide d’applications analytiques intelligentes. Mais si le bon état d’esprit est au rendez-vous, votre entreprise pourra rapidement découvrir la réelle valeur des données et de l’analytique.

ID

Véronique Van Vlassealaer

Fonction

Analytics & AI Lead South West & East Europe de SAS