Ancrer le sens dans l'entreprise

1 juillet 2020
Texte
Melanie De Vrieze
Ancrer le sens dans l'entreprise

Chief Purpose Officer (CPO): c'est le titre ronflant de Hilde Van de Velde, responsable du sens chez Deloitte. Sa mission? Créer un environnement de travail qui permet aux collaborateurs et à l'entreprise d'apporter une contribution positive à la société.

Texte: Melanie De Vrieze

Les Chief Purpose Officers sont encore rares dans notre pays. Hilde Van de Velde se posait beaucoup de questions sur cette fonction quand le CEO de Deloitte, Piet Vandendriessche, lui a proposé d'entrer au comité de direction il y a un an. «Je dois admettre que je ne savais pas très bien à quoi correspondait ce titre», dit-elle. Aujourd'hui, elle a réussi à donner à ce rôle une signification très précise. «Le mot purpose renvoie au sens et aux valeurs qui dépassent les raisons d'existence d'une entreprise, dans notre cas, la fourniture de services à des clients.»

Cette recherche du sens fait partie des priorités de Deloitte. «Elle se déroule à deux niveaux: celui de l'individu et celui de l'organisation», assure Hilde Van de Velde. «Le sens qui m'est propre repose sur la famille, le sport et mon métier. Pendant toute ma vie, j'ai travaillé dans les services au secteur public. À ma façon, j'ai apporté ma contribution pour améliorer le fonctionnement de l'État et donc, de la société. Dans ma fonction de Chief Purpose Officer, je développe un environnement professionnel qui donne à chaque collaborateur la liberté nécessaire pour qu'il puisse réaliser sa passion et s'accomplir. Un travail qui a du sens est une source importante de motivation intrinsèque.»

Un pas plus loin

Deloitte ancre le sens de son existence dans son cœur de métier, de l'audit à la consultance. La responsabilité sociétale d'entreprise est depuis longtemps dans son ADN, notamment par le biais du bénévolat, des donations et des interventions pro bono. Mais ce prestataire de services veut aller plus loin. «En nous appuyant sur notre expertise, nous aidons nos clients à créer de la valeur d'une manière durable. Nous analysons d'un œil critique les tendances économiques et sociétales. Comment apprenons-nous par exemple à nos clients à mettre en œuvre une politique du personnel qui tient compte de la diversité des profils? Jusqu'où peuvent-ils robotiser leurs opérations sans négliger les implications sociales et humaines? Comprennent-ils les effets sur l'environnement de leurs projets? Nous allons examiner comment nous pouvons encore mieux appliquer ces valeurs que nous respectons implicitement depuis des années et que nous voulons intégrer plus explicitement dans nos activités essentielles. Nous nous remettons en question dans toutes nos décisions.»

Susciter l'adhésion

Il n'y a pas que le sommet de l'entreprise qui doit être animé par cette quête du sens, les travailleurs doivent l'être aussi. Pour créer cette adhésion, la CPO est entrée en dialogue avec le personnel. «Nous avons lancé un vaste crowd-sourcing auprès des 45.000 salariés de Deloitte d'Europe du Nord et du Sud, région à laquelle appartient la Belgique, pour savoir ce que le sens représente pour eux. Dans ce Great Purpose Challenge, nous leur avons demandé ce qu'était un travail qui a du sens et comment nous pouvions ancrer encore plus ce sens dans leurs relations avec leurs clients.»

Le personnel a répondu massivement à cet appel. Des thèmes comme l'environnement, la diversité et l'inclusion ont reçu le plus d'écho. «Les idées qui ont émergé du Great Purpose Challenge ont été présentées au Green Sounding Board, un groupe qui comprend des représentants de salariés de tous niveaux et de tous départements. Ils sont chargés de mener la réflexion plus loin et de faire des propositions pour l'implémentation. Nous impliquons ainsi activement notre personnel dans la réalisation des idées qui ont émergé du crowd-sourcing

Le travail pro bono intéresse aussi les salariés. Les collaborateurs de Deloitte participent déjà à des projets bénévoles mais l'entreprise veut désormais donner plus de reconnaissance à cet engagement. «Ces heures-là sont intégrées dans leur évaluation comme des éléments positifs. Parce qu'ils ont mis leur expertise et leurs compétences à la disposition d'une organisation sans but lucratif.»

Une motivation supplémentaire

La quête du sens est d'autant plus importante dans la période difficile que nous traversons à cause du coronavirus. Pour apporter leur contribution à la société, Deloitte a lancé les Virtual Hugs, en collaboration avec Close the Gap et la task-force Inclusion numérique de la VUB. L'initiative entend lutter contre la solitude et l'isolement dans les maisons de repos et les hôpitaux. Les trois organisations mettent en contact virtuel les personnes âgées et les patients avec leur famille et leurs amis en collectant des tablettes et des smartphones. «Nous ne nous sommes pas demandé un instant si c'était bien une priorité de Deloitte dans ces temps économiques délicats», souligne Hilde Van de Velde. «Nous avons immédiatement vu l'intérêt de ce projet. Nous l'avons lancé en moins d'une semaine. Nos collaborateurs ont eu l'occasion de mettre leurs talents en œuvre. L'équipe numérique par exemple a conçu le site de collecte. Pour eux, c'était une opportunité de formation et une motivation supplémentaire: ils ont vu concrètement que leur expertise a du sens.»

Valeurs

Motivation, opportunités d'apprentissage, développement des talents: ce sont des thèmes qui appartiennent normalement à la GRH. La fonction de Chief Purpose Officer ne recouvre-t-elle pas celle de DRH? «Dans la plupart des pays, les fonctions people et purpose sont endossées par une seule personne. Mais en Belgique, nous avons préféré ne pas le faire. Quand notre Managing Partner Talent, Inge Diels, a présenté ses priorités RH, je les ai analysées à la lumière du sens. Ainsi, si nous voulons attirer une personne capable d'offrir une valeur ajoutée économique et compétitive, c'est à moi de poser des questions sur les valeurs, les normes et les attitudes de cette personne. Notre Managing Partner Talent regarde les choses par le prisme de la diversité et de l'inclusion, je le fais dans la perspective du sens.»

Les recruteurs reçoivent un briefing complet sur les attitudes indiquées et contre-indiquées. «Plus vous embaucherez les collaborateurs appropriés dans votre groupe et plus les décisions que vous prendrez collectivement seront les bonnes. Il m'arrive de remettre en question certains choix en matière de recrutement. Ce qui peut déboucher sur un programme de coaching personnel, un report ou une décision différente. La gestion des talents n'est qu'un aspect de la problématique. Le sens est ce que nous voulons intégrer dans toutes les dimensions de notre activité, pas uniquement dans le département RH.»

Champs de tension

Hilde Van de Velde reconnaît que le rôle de Chief Purpose Officer n'est pas toujours simple. «Je reçois beaucoup d'énergie positive. Mais cette fonction est aussi un exercice d'équilibrisme dans un champ de tension. Deloitte n'est pas une organisation caritative mais un employeur qui a des obligations économiques. Nous nous efforçons de concilier la poursuite de nos objectifs économiques avec notre volonté de les atteindre durablement, en respectant nos valeurs. Arnaud Raskin, l'animateur de Mobile School, est un modèle de l'entrepreneuriat social. Son défi est d'introduire les règles managériales dans un environnement sans but lucratif. Pour moi, c'est le contraire exact: comment puis-je ancrer l'entrepreneuriat social dans une entreprise commerciale? J'essaie de bâtir des ponts en faveur de cet engagement. L'adhésion est essentielle, aussi bien de la part des dirigeants que des salariés.»

On peut se demander si le rôle de Chief Purpose Officier ne disparaîtra pas à terme, quand le sens sera profondément ancré dans les activités essentielles. «Ce serait l'objectif ultime», reconnaît Hilde Van de Velde. «L'entreprise pourrait alors se dire, voilà, c'est fait. Je ne pense pas que cela soit très réaliste. D'ailleurs, il est toujours bon de se remettre en question. Les défis sociétaux et la manière dont une organisation joue son rôle continueront à évoluer. Notre organisation se passionne pour la technologie par exemple. Nous savons déjà qu'à l'avenir, la question sera de plus en plus éthique. Les mêmes difficultés se poseront par rapport aux données et au respect de la vie privée. Quel rôle sociétal les entreprises joueront-elles dans ces problématiques pour avoir un réel impact à court et à moyen terme? Il est important de maintenir ces thèmes durablement parmi nos priorités.» ¶

ID

Hilde Van de Velde

Fonction

Chief purpose officer de Deloitte