«Apporter une stabilité dans un environnement mouvant»

15 février 2022
«Apporter une stabilité dans un environnement mouvant»

Nommée récemment au poste de directrice RH de la Fondation européenne pour le Climat, Nicole Parisis se concentre sur la constitution d'une équipe forte.

Texte: Patrick Verhoest / Photo: Clifford Lucas

Nicole Parisis était manager RH pour l'Europe du Nord dans l'entreprise danoise SimCorp avant d'y assumer un rôle dirigeant dans l'implémentation d'un HRIS et d'une politique de gestion du changement. Ce projet est arrivé à bonne fin. Au même moment, la Fondation européenne pour le climat (European Climate Foundation – ECF) cherchait un ou une DRH. Les deux se sont trouvés. «Je suis passionnée depuis longtemps par la gestion du changement et j'ai une expérience variée dans un environnement international. C'est le même contexte que l'ECF m'a proposé. Mon expérience dans le secteur non marchand et dans les entreprises commerciales m'a donné l'avantage. De même que l'accord culturel avec les valeurs de l'association.»

Zéro émission

La Fondation européenne pour le climat est une association philanthropique qui veut s'attaquer aux problèmes environnementaux. L'ECF entend prendre le leadership du combat en faveur des émissions zéro. Elle veut créer des réseaux entre les organisations intéressées. Elle soutient plus de cinq cents ONG et appuie de nombreux projets pour encourager les pays signataires à respecter les objectifs de l'Accord de Paris. «Je travaille à Bruxelles alors que notre quartier général se situe à La Haye. Nous disposons de bureaux dans plusieurs pays. Nous employons des profils variés. Je suis responsable de tous les pays dans lesquels nous sommes représentés.»

Une mission de longue haleine

«L'organisation avait besoin de stabilité mais en même temps, il fallait changer beaucoup de choses», explique Nicole Parisis. «J'ai élaboré une liste des priorités et j'ai reçu une grande liberté pour mettre mon plan en œuvre.» Elle a fait ses premiers pas dans la Fondation au beau milieu de la crise du coronavirus, ce qui n'a pas facilité son travail, on s'en doute. Cela dit, elle proposait un mois après son entrée en fonction une nouvelle structure RH. «C'était la clé. Pour notre équipe, rien n'était très clair. J'ai procédé à une restructuration rapide et tout s'est mis en place sans heurt. Pour ma part, je dépends du COO. Je suis régulièrement invitée aux réunions du comité exécutif. Ce qui montre l'intérêt que porte la direction à la GRH.»

Avenir

Malgré la crise sanitaire, 110 personnes ont rejoint les rangs de l'ECF depuis le début de la pandémie, ce qui représente une croissance de 65%.

Il fallait mener à bien l'intégration de ces nouvelles recrues sans pouvoir compter sur les rencontres informelles entre collègues. Il reste du pain sur la planche dans d'autres domaines. «Nous devons implémenter des processus RH pour soutenir notre croissance soutenue», souligne Nicole Parisis. «Notre expansion s'effectue aussi en dehors de l'Europe. Ce qui pose de nombreux problèmes en matière de législation, de taxes et de respect des réglementations parce que chaque pays applique ses propres normes.»

La DRH doit encore relever quelques autres défis: «Après la crise sanitaire, je veux voyager davantage pour mieux connaître mes collègues et leur environnement. De plus, en raison de notre croissance, nous devons faire attention aux talents. La gestion des talents est l'une des fonctions que nous allons installer formellement. Cela veut dire notamment que le responsable des talents doit identifier les compétences des responsables et les développer. Cela vaut pour tous les collaborateurs. Leur développement doit s'effectuer sur le terrain (70%), via le mentorat (20%) et les formations formelles (10%). J'en fais une priorité.» ¶

ID

Nicole Parisis

Fonction

DRH de la Fondation européenne pour le climat