De quoi 2022 sera faite?

9 décembre 2021
De quoi 2022 sera faite?

Les défis RH pour 2022 et les prochaines années sont plus que jamais liés à la gestion des personnes. Attirer de nouveaux talents, la résilience et le bien-être des salariés: ce sont les priorités des entreprises belges. Un peu plus de quatre entreprises belges sur dix placent ces deux éléments dans leur top 5 des défis RH les plus importants. C'est ce qui ressort de l'enquête internationale annuelle sur les employeurs L'avenir du travail et des travailleurs, réalisée par SD Worx.

Avec cette enquête annuelle, SD Worx prend le pouls des entrepreneurs et des professionnels de la GRH afin de savoir comment ils envisagent l'avenir. Ce qui est frappant, c'est que cette année, ils accordent une attention considérable à une politique axée sur les personnes. Cathy Geerts, Chief HR Officer de SD Worx, explique cette volonté. «Les conséquences opérationnelles des premières vagues de covid-19 ont été traitées», dit-elle. «Il est maintenant temps de se concentrer sur la croissance. En même temps, la pandémie a eu un impact majeur sur la façon dont nous organisons notre travail. Ce n'est pas une coïncidence si les entreprises investissent davantage de temps et d'efforts dans leur actif le plus important: leur personnel.»

Top 5 belge

1. Attraction et recrutement (guerre des talents…): 43,7%

2. Bien-être et résilience du personnel: 43,3%

3. Développement des talents et mobilité interne: 35%

4. Télétravail et travail hybride: 33,3%

5. Garder ou gagner le contrôle des coûts de personnel: 33%

La différence avec l'année dernière est significative. Les entreprises étaient encore principalement occupées par des tâches opérationnelles: le calcul et le paiement des salaires ainsi que les services aux salariés étaient considérés comme leurs principaux défis. Cette année, l'accent est plus que jamais mis sur les personnes.

Différences de taille

Les défis ne sont pas les mêmes pour les PME et les grandes entreprises

Lorsque l'on compare les petites (>50 employés) et moyennes (50 - 249 employés) entreprises avec les plus grandes (+250 employés), on constate des différences frappantes.

• La coordination du travail à domicile ou d'un mode de travail hybride est plus difficile pour les grandes entreprises.

• Dans les plus petites entreprises, le travail à domicile figure dans le top 5 pour 28,5% d'entre elles. Dans les plus grandes structures, cette proportion est de 40,1%.

• Attirer et recruter des talents est également plus difficile à mesure que la taille de l'entreprise augmente (38,5% des plus petites entreprises dans le top 5 contre 50,1% des plus grandes).

• Seuls le bien-être et la résilience du personnel occupent une place plus importante dans la liste des défis RH des PME. Le bien-être est le cinquième défi le plus important pour la moitié (48,5%) des petites PME, contre 39,4% (entreprises de taille moyenne) et 36,3% (grandes entreprises) respectivement.

«Plus l'entreprise est petite, plus il est facile de garder une vue d'ensemble et de réagir avec souplesse par rapport au travail à domicile», commente Cathy Geerts. «Dans les grandes entreprises, l'accent est mis également sur les personnes, mais avec des angles différents: l'organisation du télétravail et du travail hybride et l'attraction de nouveaux talents figurent dans le top 5 des défis en matière de ressources humaines. Il y a encore une plus grande rotation du personnel dans les grandes entreprises, ce qui explique pourquoi la guerre des talents est considérée comme l'un de leurs principaux défis.»

Différences internationales

Au niveau international, l'accent sur les personnes est également perceptible dans les 12 pays étudiés, le bien-être et la résilience du personnel figurant en tête de liste dans la moitié des pays étudiés. En Belgique, seuls l'attraction et le recrutement de nouveaux talents sont classés à égalité avec le bien-être du personnel, comme en France. Les entreprises britanniques, quant à elles, considèrent que la fidélisation et la rotation du personnel constituent la tâche la plus difficile des RH pour les années à venir. Les entreprises allemandes se préoccupent de l'employabilité durable de leurs salariés.