Étudier le cerveau pour améliorer notre flexibilité

3 décembre 2020
Texte
Francois Weerts
Étudier le cerveau pour améliorer notre flexibilité

L'Antwerp Management School (AMS) et Acerta coopèrent à une étude de pointe sur le cerveau concernant la capacité d’adaptation, une compétence à laquelle les employeurs accordent de plus en plus d’importance. Sur la base des résultats obtenus, Acerta proposera des outils grâce auxquels les entreprises pourront mesurer et renforcer le facteur RH qu’est la capacité d’adaptation.

Dans un monde où la vitesse du changement n’est même plus remise en question, il est de plus en plus nécessaire de comprendre les compétences de l’avenir: les compétences dont les employés ont besoin pour relever les défis futurs. Pour le marché du travail, il est très intéressant de savoir quelles sont ces compétences et comment les mesurer et les développer. Parmi elles, il y en a une qui revient de plus en plus souvent: la capacité d'adaptation. Est-elle un don inné ou pas? Comment la mesurer? Y a-t-il des facteurs qui la stimulent ou la brident? Lesquels et comment? En d’autres termes, peut-on la développer ou faut-il rechercher des profils spécifiques? Le besoin d’une étude étayée par des preuves concernant la capacité d’adaptation est donc réel. La biométrie (indicateurs biométriques d’activité dans le cerveau humain) permet aux chercheurs du NeuroTrainingLabTM de répondre à ce besoin scientifiquement.

Analyser l’activité neurocognitive

Le NeuroTrainingLabTM, logé dans l’Antwerp Management School, observe depuis un certain temps déjà les comportements de leadership efficaces et l’activité neurocognitive qui y est associée. Le laboratoire est dirigé par le professeur Steven Poelmans. «Notre méthodologie permet d’analyser les comportements et de mesurer l’activité neurocognitive. L’objectif est d’accroître le QE, les prestations et la santé des professionnels en proposant un feed-back (neurologique) contingent et axé sur les tâches.»

Coupler capacité intellectuelle et ressources

Sous l’impulsion d'Acerta, le professeur Poelmans va désormais se pencher aussi sur la «capacité d’adaptation des travailleurs». «L’importance croissante de la capacité d’adaptation chez les travailleurs n’est pas un effet de mode», assure Chris Wuytens, directeur général d’Acerta Consult. «C’est pourquoi nous avons décidé avec AMS de coupler les capacités intellectuelles et les ressources. Ce NeuroTrainingLabTM belge et cette étude en sont le résultat. Notre statut de spécialiste en RH et d’entreprise de services RH s’investissant activement dans le développement des talents nous met en outre dans une situation idéale pour donner corps à cette étude. De plus, nous pouvons toucher un large groupe d’entreprises qui sont intéressées. C’est important, tant pour l’étude que pour la mise en œuvre des résultats.»

De la recherche aux outils pratiques

Bien sûr, il ne sera pas possible de mettre des capteurs de pointe sur la tête de chaque candidat collaborateur et de faire analyser les résultats par des spécialistes du cerveau. Le NeuroTrainingLabTM n’est pas un laboratoire de tests, mais bien un laboratoire de recherche. Il offre un aperçu de ce qui se passe dans le cerveau ainsi que des éléments et interventions qui peuvent peser positivement sur la capacité d’adaptation. C’est sur cette base que des outils sont développés avec lesquels les entreprises peuvent optimiser le facteur «capacité d’adaptation» dans leurs politiques de GRH (gestion des ressources humaines) et de DRH (développement des ressources humaines).