Fiscalité: les voitures plus lourdes coûteront plus cher

28 juin 2022
Fiscalité: les voitures plus lourdes coûteront plus cher

Photo: Broderick Armbrister, via Pexels

Le gouvernement de Wallonie a approuvé les principes de la réforme modifiant la fiscalité automobile (taxe de circulation et taxe de mise en circulation) afin de favoriser l'achat de véhicules neufs ou d'occasion moins lourds, moins puissants, et émettant moins de CO2. Elle devrait entrer en vigueur le 1er septembre 2023.

Une fois votée, cette réforme s'appliquera uniquement aux nouvelles immatriculations, à partir de la mise en œuvre du nouveau régime. C'est le choix du véhicule, neuf ou d'occasion, qui aura un impact direct sur le montant des taxes (la taxe de mise en circulation et la taxe de circulation).

La réforme ne prévoit aucune nouvelle taxe. L’enveloppe globale reste la même. Elle se distribue juste différemment, en fonction des caractéristiques des véhicules. Ainsi, la plupart des taxes seront moins élevées, mais certaines seront plus élevées, en fonction de l'impact du véhicule sur l'infrastructure (dégradation des routes et occupation de l'espace public), l'environnement (impact sur la santé et le climat) ou encore les risques en cas d'accident (véhicules plus lourds et plus puissants impliqués dans des accidents plus graves).

Prime à la sobriété

Le choix de la motorisation électrique et hybride est avantagé dans le calcul de la taxe par rapport à la motorisation essence ou diesel.

Le gouvernement donne quelques exemples.

Pour une VW Golf VIII 1.0 TSI (110 CV Life Business), la TMC diminue, de même que la taxe de circulation.

En revanche, pour une Volvo XC40 de 197 CV, la TMC passera de 2.578 euros à 3.190 euros. Et la taxe de circulation évoluera de 446 euros à 1.418 euros.

Incitation aux achats plus vertueux

«L’objectif est notamment d’inciter les citoyens souhaitant acheter une voiture à choisir un véhicule moins puissant, moins lourd, et également moins polluant. Cela constituera un pas en avant pour atteindre la réduction de 55% des gaz à effet de serre en Wallonie», précise le ministre Philippe Henry.

Il s’agit maintenant de valider l’avant-projet de décret de la Réforme et de le soumettre à l’avis d’une série d’acteurs. Il sera adopté après trois lectures par le gouvernement avant d’être voté par le Parlement wallon.

Son entrée en vigueur est prévue pour le 1er septembre 2023. Si tout va bien…