Gare au stress caché

13 janvier 2022
Gare au stress caché

Selon une étude réalisée auprès de plus d’un millier de Belges à la demande de B-Tonic, filiale de l’assureur Baloise Insurance, près de 56 % des travailleurs belges déclarent que leur travail est devenu plus pénible depuis la pandémie. Plus alarmant encore, quatre travailleurs sur dix affirment qu’ils font bonne figure pour cacher leur stress et leur anxiété au travail.

«Le bien-être au travail n’a jamais été autant sous le feu des projecteurs depuis la crise du coronavirus», affirme Siviglia Berto de B-Tonic. «Les travailleurs et les employeurs ont pris conscience de l’importance de la santé physique et mentale sur le lieu de travail.» B-Tonic a étudié l’impact de la pandémie sur le bien-être de la population active belge en collaboration avec l’analyste des tendances Herman Konings et vient de publier ses conclusions dans le rapport Bien-être et Connectivité.

Une priorité

«Les chiffres de notre étude et les tendances décrites par Herman Konings montrent clairement que la santé mentale des travailleurs et de leurs dirigeants doit être au centre des préoccupations des entreprises au cours des prochaines années», souligne Siviglia Berto. Comment faire pour que nos travailleurs éprouvent suffisamment de satisfaction au travail, qu’ils soient suffisamment épanouis et qu’ils trouvent un sens à ce qu’ils font? «Avoir des travailleurs en forme physiquement et en bonne santé, c’est une chose. Mais la santé mentale des travailleurs, des responsables et des managers est tout aussi cruciale. Les entreprises doivent comprendre l’importance d’une approche à la fois préventive et curative.»

Transformation centrée sur l’avenir

Les entreprises qui veulent introduire de nouvelles initiatives en faveur du bien-être doivent, selon B-Tonic, tenir compte des nouveaux défis liés à l’environnement professionnel. Elles doivent prendre le temps de réfléchir aux différents outils du bien-être. Les horaires flexibles et le télétravail de longue durée en sont deux exemples, mais le choix et l’aménagement de l’environnement de travail sont tout aussi déterminants puisque les travailleurs vont principalement utiliser leur lieu de travail comme lieu de rencontre et d’échange. ¶

L’étude

L’enquête a été réalisée à la demande de B-Tonic par la filiale belge du bureau d’études de marché IPSOS, du 5 au 8 novembre 2021. Un échantillon représentatif de 1.087 Belges a répondu à une dizaine de questions sur la santé et le bien-être au travail. Au total, 725 des personnes interrogées ont été considérées comme pertinentes pour l’étude.

Les chiffres

• 56% des personnes interrogées affirment que leur travail est devenu plus pénible depuis la pandémie.

• 25% ont vu leur enthousiasme professionnel diminuer à cause du télétravail.

• 39,5% font souvent ou toujours bonne figure au travail pour cacher leur stress, leur anxiété et leur malaise.

• 36% sont anxieux ou stressés le dimanche soir à l’idée de reprendre le travail le lundi matin.