Intelligence artificielle: les recruteurs ne doivent pas avoir peur

8 décembre 2021
Intelligence artificielle: les recruteurs ne doivent pas avoir peur

Dans le commerce de détail, la pression sur les recrutements s'aggrave et la productivité de ces processus doit s'améliorer. Olivier Gustin d'Ahold Delhaize compte beaucoup sur les technologies intelligentes pour atteindre ses objectifs d'embauche. «Mais l'être humain reste aux commandes.»

Texte: Gert Verlinden

Olivier Gustin recrute pour les centres d'excellence informatiques d'Ahold Delhaize à Bruxelles, Athènes, Belgrade et Bucarest. Il présente l'offre d'emploi au candidat et effectue un premier screening critique. Ensuite, il implique le manager chargé de l'embauche. «Trois KPI déterminent ma valeur ajoutée: la durée du recrutement, son coût et sa qualité.»

Ahold Delhaize fait appel à un outil intelligent pour évaluer le style de travail personnel d'un candidat pendant le processus de sélection. Cette information est un indicateur de l'accord culturel et de certaines qualités humaines comme l'orientation vers les clients et la coopération. Il faut remarquer que cet outil analyse des données issues des mots écrits dans le CV, la lettre de motivation et le profil LinkedIn du candidat.

Graal

Cette technologie est donc basée sur un algorithme linguistique. Son résultat est un rapport individuel qui donne des informations pour objectiver le processus de recrutement, de sélection et de feed-back. Ce qui aide Olivier Gustin tout au long du trajet de recrutement. «Le rapport utilise un vocabulaire commun qui dénomme les caractéristiques des candidats. Le DRH et le responsable des recrutements parlent le même langage et évitent les mauvaises interprétations. L'intuition n’est plus aussi déterminante.»

Il tient cependant à lancer un avertissement. «Ce qu'apporte la technologie n'est pas le Graal, mais fournit un sujet pour enrichir l'entretien. La validité de la prévision n'est jamais parfaitement incontestable. Soyez critique, posez des questions et restez au-dessus de la technologie. Vous montrerez ainsi votre valeur ajoutée. La GRH n'est pas une machine à écrémer les CV.»

Ne court-on pas le risque de voir l'intelligence artificielle devenir dominante quand le rythme des recrutements devient intenable? «Les recruteurs doivent devancer le problème», conseille Olivier Gustin. «Revendiquez toute votre place dans l'entreprise. Montrez que la GRH est aussi technophile que les autres départements. De toute façon, sachez que la technologie vous offrira des solutions plus rapides, de meilleure qualité et moins chères. Elle n’éliminera en aucun cas votre poste et contribuera même à consolider votre position.»

L'expérience des candidats

Quand ils postulent chez Ahold Delhaize, les candidats à des fonctions informatiques ne sont évidemment pas effrayés par l’utilisation de technologies dans le processus de recrutement. L'entreprise communique de façon transparente sur la présence d'intelligence artificielle. Olivier Gustin: «Chaque candidat a droit à une approche personnalisée. Quand nous rencontrons un candidat qui possède les compétences techniques mais qui ne correspond pas à notre culture, nous devons lui expliquer clairement et objectivement pourquoi il ne convient pas.»

ID

Olivier Gustin

Fonction

Senior HR Consultant d'Ahold Delhaize