«Je veux saisir des opportunités et me spécialiser davantage»

9 juillet 2021
«Je veux saisir des opportunités et me spécialiser davantage»

Laurine Van Beirendonck a fait son stage de fin d’études à l’hôpital universitaire d'Anvers. Elle y a ensuite été engagée comme consultante en personnel. Aujourd’hui, elle travaille à temps partiel pour les recrutements et s’occupe également des formations, une activité qu’elle aimerait développer.

Texte: Patrick Verhoest

L’ancienne étudiante en psychologie appliquée à la haute école Thomas More a fait son stage de fin d’études au département des recrutements de l’hôpital universitaire d'Anvers. Alors qu’elle hésitait encore à poursuivre ses études, le responsable du recrutement lui a proposé un poste temporaire de consultante. Une offre qu’elle a acceptée, bien que l’aspect administratif des ressources humaines (contrats et certificats médicaux) ne soit pas vraiment sa tasse de thé.

Formation

En tant que consultante en personnel, elle est devenue le premier point de contact des collaborateurs de l'hôpital. «Même si ce n’était pas vraiment ma passion, j’y ai vu une opportunité d’apprentissage. J’ai remplacé temporairement une collègue en congé de maternité.» Comme il s’agissait d’un poste initialement à temps partiel, Laurine a pu suivre un certain nombre de formations, comme celle de Certified competence assessor. Ensuite, elle a été engagée à titre définitif et a obtenu un poste où elle partage son temps entre le recrutement et la formation.

«En outre, je remplace temporairement la responsable des formations, qui est en congé de maternité. C’est un signe de confiance que j'apprécie. L'hôpital écoute attentivement ce que veulent ses collaborateurs et met tout en œuvre pour leur proposer un travail intéressant et stimulant. Ainsi, j’ai déjà participé à différentes choses qui m’ont fortement intéressée à chaque fois. »

Contact personnel

Il n’est pas facile de recruter de bonnes infirmières. La prolongation de la durée des études a eu pour conséquence que, pendant un an, pratiquement aucun étudiant n’a été diplômé. «Cependant, nous avons bien recruté l’année dernière. La crise a changé l’image de la profession. Il reste néanmoins difficile de recruter certains profils. Les technologues de laboratoire médical, par exemple, sont quasiment des perles rares. C’est pourquoi nous participons à des salons de l’emploi et organisons des événements pour les jeunes diplômés. Ils font la connaissance de nos travailleurs lors d’une Comedy Clinic, où des comédiens agrémentent l’événement pour les étudiants en soins infirmiers. Nous essayons de leur montrer que notre hôpital est une famille chaleureuse. En outre, nous nous attelons à un nouveau site d’emploi afin que l’hôpital puisse se profiler de manière attractive.»

Pour la jeune professionnelle, le contact personnel est primordial lors de la recherche de collaborateurs appropriés. «Ce sont des collaborateurs qui se retrouvent généralement au chevet des patients. Nous accordons dès lors beaucoup d’importance à cet aspect.» Malgré le coronavirus, l'équipe essaie d’organiser un maximum de contacts en présentiel, même si cela doit parfois se passer sur MS Teams.

Un rêve

Laurine Van Beirendonck se rend compte qu’elle travaille dans une organisation où une multitude d’orientations s’offre encore à elle. «J’ai le luxe d’avoir déjà vu de nombreux domaines des RH à l’âge de 24 ans. Ce que je fais ici me passionne et continue de me stimuler. L’organisation de formations m’offre de nombreuses perspectives de développement. Depuis le début, on m’a encouragée à poursuivre ce que j’aime faire, à tracer mon propre parcours et à le concrétiser. Maintenant, je veux surtout saisir l’opportunité de me spécialiser davantage et de m’améliorer.» ¶

ID

Laurine Van Beirendonck

Fonction

Collaboratrice de la direction du personnel pour la séleciton et la formation de l'hôpital universitaire d'Anvers (UZA)