Latexco veut faire émerger le sens de l'innovation parmi ses salariés

27 avril 2022
Latexco veut faire émerger le sens de l'innovation parmi ses salariés

Le départ d'un manager a poussé Latexco à se lancer dans un exercice stratégique sur l'innovation. L'entreprise veut désormais confier à ses salariés un rôle de premier plan dans ce domaine. Elle a analysé le potentiel d'innovation de son personnel avec l'outil d'Innduce.me.

Texte: Peter Ooms

Latexco fabrique des composants en latex pour les matelas. L'entreprise a décidé récemment de devenir un guichet unique pour l'industrie de la literie. L'innovation, la durabilité, la qualité et la fiabilité sont centrales dans cette stratégie. L'un des directeurs de la production était le leader de ces projets innovants au sein de Latexco. Quand il est parti, l'entreprise a dû réinventer son approche en la matière. «Nous avons pris rapidement plusieurs décisions importantes», explique Ann Vanderschaeghe, DRH de Latexco. «En raison de la récente diversification de nos activités, nous voulions donner une base plus large aux mécanismes de l'innovation. Nous souhaitions aussi la rapprocher des processus. C'est indispensable pour consolider notre position dans le marché. L'innovation doit appuyer nos efforts en faveur de la durabilité. Nous devons dès lors nous assurer que cette politique est endossée par toute l'entreprise.»

Creax et l’université de Gand

Latexco s’est adressé à Innduce.me pour établir un inventaire objectif des qualités d'innovation de ses collaborateurs. Ce test a été conçu par Creax en collaboration avec l'université de Gand. Le professeur Frederik Anseel (département de la psychologie des entreprises et des sciences du comportement) a effectué l'analyse théorique des compétences en innovation qui sont nécessaires dans une équipe. Grâce à la collaboration de Creax, il a pu faire valider ce modèle par une multitude d'experts en innovation dans les entreprises. Un algorithme détermine le niveau de ces compétences d'une manière objective en analysant les réponses des participants. Il s'agit d'un test d'évaluation en situation dans lequel les participants doivent juger quinze situations. Sur la base des réponses, l'outil peut désormais détecter vingt compétences essentielles. Ce ne sont donc pas les participants qui s'évaluent eux-mêmes.

«Quand, avec le CEO de Latexco, nous avons parlé à Peter Daels directeur général d’Innduce.me, nous avons été vite convaincus par la solution», se souvient Ann Vanderschaeghe. «Elle nous donne l'opportunité de détecter en toute objectivité les talents en innovation présents dans nos équipes. Actuellement, 76 de nos salariés en Belgique et en Espagne ont passé ce test d'innovation. Ce nombre va encore augmenter puisque nos collègues américains y seront soumis aussi. Il s'agit en première instance d'employés et de managers provenant de différents départements, y compris des services RH et financiers. L'assessment ne se limite donc pas à ceux qui s'occupent de chimie ou de production.»

Une équipe en or

La DRH de Latexco prépare désormais les évaluations individuelles des assessments des salariés concernés. «Les résultats nous montrent que l’innovation suscite un grand enthousiasme. Nos collaborateurs demandent ce feed-back et je suis certaine que nous trouverons suffisamment de candidats pour participer à notre projet stratégique. Nous connaissons leurs talents en innovation et nous pouvons comparer leur niveau à un benchmark externe. Je dois aussi signaler que j'ai été surprise en découvrant les noms des salariés et des managers qui avaient les capacités d'innovation les plus riches.»

«Souvent, les salariés eux-mêmes ne savaient pas qu'ils possédaient ces qualités», souligne Peter Daels, directeur général d’Innduce.me. «C’est assez normal, nous appliquons une nouvelle méthode dont les gens n'ont pas encore l'expérience. L'enquête de Frederik Anseel montre que l'innovation associe trois compétences de base: avoir des idées, être capable de les défendre et savoir les mettre en œuvre. Le cœur d'une équipe innovante s'appuiera donc sur des collaborateurs qui détiennent ces compétences. Cette équipe sera complétée par des contributeurs et des partenaires. S'y ajouteront quelques experts fonctionnels qui connaissent bien la matière mais qui n'ont pas nécessairement l'esprit d'innovation.»

Grâce aux résultats de l'assessment, Peter Daels sait que Latexco dispose de plusieurs travailleurs qui ont un solide profil d'innovateurs. Ils sont bien répartis dans les différents départements de l'entreprise. «Il est donc parfaitement possible de constituer une équipe en or avec un salarié qui en prendra la direction, entouré de collaborateurs complémentaires», affirme Peter Daels. Cela dit, Latexco s'est rendu compte qu'en comparaison avec d'autres entreprises, elle compte un moins grand nombre de spécialistes en innovation pur sang.

«Nous allons donc prévoir des formations adaptées», affirme Ann Vanderschaeghe. Innduce.me a lancé fin mars 2022 un outil de formation en ligne. Latexco en sera l'un des premiers utilisateurs.

Donner du temps

Après cette analyse, Latexco doit maintenant prendre les décisions nécessaires pour aller plus loin. Ann Vanderschaeghe: «Les professionnels d'Innduce.me nous disent que la composition des équipes n'est pas la chose la plus difficile à faire. Il s'agit surtout de leur donner le temps et l'autonomie nécessaires pour qu'elles puissent se consacrer à des projets d'innovation.»

«C'est exact», confirme Peter Daels. «Trop souvent, l'équipe doit combiner ses activités quotidiennes avec son projet d'innovation. Dans ce type de constellation, le présent l'emporte toujours sur l'avenir. Il faut dès lors mettre en place une structure qui permette à ces équipes spéciales de ne plus se charger d'opérations routinières.» ¶