Le bien-être, toujours le bien-être!

8 juillet 2021
Le bien-être, toujours le bien-être!

Les PME belges semblent être plus soucieuses aujourd'hui du bien-être de leurs collaborateurs. C'est la conclusion d'une récente enquête menée par Securex, en collaboration avec le bureau d'études de marché Profacts et réalisée auprès de chefs d'entreprise et de responsables RH de 520 PME en Belgique.

Securex a analysé la présence de certains thèmes liés aux ressources humaines parmi les priorités des PME belges. Il s'avère que 4 PME sur 5 souhaitent se concentrer sur le bien-être de leurs travailleurs. Le bien-être est d'ailleurs le sujet RH le plus important pour les petites (1 à 9 travailleurs), moyennes (plus de 10 travailleurs) et grandes (jusqu'à 200 travailleurs) PME. La notion de bien-être des collaborateurs englobe leur sécurité, leur santé mentale ainsi que leur santé physique. Les PME accordent une priorité absolue à la santé mentale de leurs travailleurs.

«La situation actuelle liée au coronavirus a un impact majeur sur les priorités des PME», commente Frank Vander Sijpe, directeur HR Trends & Insights chez Securex. «L'ampleur des burn-outs et des maladies de longue durée montre qu'il convient de faire encore plus attention au bien-être des travailleurs.»

Les conséquences de la crise

La crise liée au coronavirus a entraîné une pression sans précédent sur le bien-être mental de divers groupes de collaborateurs. Les personnes qui ont continué à travailler durant le confinement sans pouvoir faire du télétravail (dans le secteur du commerce de détail et le secteur médical, par exemple) l'ont souvent fait sous une pression de travail accrue et en étant exposées à un risque élevé d'infection en raison des nombreux contacts directs. Ceux qui travaillaient à domicile ne pouvaient pas toujours le faire dans des conditions optimales, et parfois même, en présence d'enfants lorsque les écoles et les crèches étaient fermées. Et ceux qui ne pouvaient pas travailler, mais devaient compter sur l'aide du gouvernement, étaient souvent confrontés à l'insécurité de l'emploi. Les deux derniers groupes en particulier ont ressenti de la frustration, de la solitude et ont perdu en partie une certaine forme de connexion avec leur employeur, ce qui a eu un impact important sur leur bien-être mental.

Accords sur le télétravail: un certain désintérêt

Un résultat frappant de l'enquête de Securex: 7 PME belges sur 10 (71%) n'accordent pas la plus haute priorité aux accords relatifs au télétravail. Et 8 PME sur 10 (79%) considèrent qu'il est moins important de faciliter la collaboration à distance. La mise en place d'un cadre clair pour le télétravail est cependant un facteur fondamental du bien-être mental des collaborateurs.

«Des accords en matière de télétravail, comme la répartition de la présence au bureau contre le travail à domicile, la flexibilité des horaires de travail, l'enregistrement du temps de travail et la récupération des heures supplémentaires, sont indispensables», souligne Frank Vander Sijpe. «Ces accords doivent tenir compte des besoins de l'employeur et du travailleur.»

À propos de l’étude

L'étude a été menée en avril 2021 par Securex et Profacts par le biais d'entretiens téléphoniques avec 520 PME principalement actives dans l'industrie, le commerce et les services commerciaux. Les chiffres mentionnés sont représentatifs des PME belges grâce à une pondération par secteur, par nombre d'employés et par langue.