Le télétravail, la nouvelle normalité chez BDO

3 juillet 2020
Texte
Francois Weerts
Le télétravail, la nouvelle normalité chez BDO

Les 850 employés de BDO Belgique ne sont pas obligés de retourner au bureau tous les jours à l'issue de la crise du coronavirus. Ils peuvent effectivement choisir leur nombre de jours de télétravail par semaine ainsi que leur lieu de travail parmi les 11 bureaux de BDO en Belgique, compte tenu de la fonction qu'ils occupent, des rendez-vous fixés avec les clients et de la nécessité de voir leurs collègues. Cette nouvelle normalité de travail permettra aux collaborateurs de BDO de trouver le meilleur équilibre entre leur vie privée et leur vie professionnelle en fonction de leur situation. Elle permettra en outre à l'entreprise de réaliser ses objectifs écologiques ambitieux.

La crise du coronavirus a poussé plusieurs entreprises à autoriser leurs effectifs à télétravailler jusqu'à la fin de l'année. Mais le bureau de conseil BDO va plus loin. Selon une enquête interne, plus de la moitié du personnel souhaitait télétravailler deux à trois jours par semaine, et le télétravail leur permettait d'être plus productifs. Ces conclusions s'inscrivent dans la lignée de celles d'une première enquête réalisée par BDO auprès de 4.000 Belges qui révélait notamment que six Belges sur dix voulaient continuer à télétravailler au moins deux jours par semaine. Raison suffisante pour BDO pour instaurer le télétravail comme la nouvelle normalité.

«Nous voulions abandonner depuis longtemps l'obligation traditionnelle de devoir justifier le télétravail», explique Wim Galbusera, directeur des ressources humaines de BDO Belgique. «La crise du coronavirus n'a fait qu'accélérer les choses. Désormais, chez nous, le télétravail s'inscrit dans la nouvelle normalité. Télétravailler deux à trois jours par semaine permet à notre personnel de vivre et de travailler plus intelligemment.»

Bien avant la crise du coronavirus, les collaborateurs de BDO Belgique pouvaient déjà travailler depuis chez eux régulièrement. Mais le bureau de conseil veut dorénavant permettre à son personnel de décider s'il est nécessaire ou non de venir au bureau. L'entreprise n'impose donc pas le télétravail un ou deux jours par semaine. Le nombre de jours de télétravail peut aussi varier d'une semaine à l'autre.

«Il va de soi qu'une nouvelle recrue a davantage besoin d'encadrement et de coaching sur le terrain qu'un consultant qui connaît son travail par cœur», souligne Wim Galbusera. «La maturité et l'autonomie sont déterminantes dans l'évaluation des conditions optimales de travail. Et ce, sans pour autant renier l'ADN de BDO: assurer l'équilibre entre le télétravail, la cohésion de l'équipe et la proximité des clients. Ce dernier aspect est d'ailleurs une caractéristique fondamentale de BDO que nous ne voulons absolument pas perdre.»

Une empreinte écologique réduite

Fin 2019, BDO est devenu le premier bureau de conseil à être neutre en CO2 de Belgique grâce à un plan ambitieux pour le climat. En permettant le télétravail, l'entreprise donne un coup de pouce à ses ambitions. Pendant les mois de mars, avril et mai, elle a enregistré une diminution de 80% de la consommation de carburant par rapport à la période qui a précédé la crise du coronavirus.

«La diminution significative de nos émissions de CO2 grâce à notre nouvelle approche est évidemment une bonne chose, mais ce n'était pas la raison principale qui nous a motivés à instaurer le télétravail comme nouvelle normalité», conclut Wim Galbusera. «C'est plutôt le bonheur personnel de nos collaborateurs qui nous a incités à prendre cette décision.»