Les coûts d’électricité peuvent désormais être comptabilisés comme un avantage en nature

6 septembre 2021
Texte
Partner Content

L’année passée, peu nombreux furent les collaborateurs à retrouver le chemin du bureau. Bien que le télétravail offre une multitude d’avantages, il s’accompagne également d’effets moins désirables. Songez à la facture d’électricité de vos collaborateurs qui a augmenté en raison de celui-ci. Sans oublier la récente annonce d’une hausse prochaine des prix de l’énergie. Heureusement, il y a de bonnes nouvelles. Saviez-vous qu’en tant qu’employeur, vous pouviez désormais intervenir de façon avantageuse dans les coûts d’électricité ?

De plus en plus d’entreprises se tournent vers un plan de rémunération flexible, également connu sous le nom de plan cafétéria. En rendant votre rémunération plus flexible, vous offrez à vos collaborateurs la possibilité de composer partiellement leur package salarial. En échange d’une partie de leur salaire, de leur bonus ou de leur prime de fin d’année, ceux-ci peuvent choisir parmi une série d’éléments de la rémunération que vous avez définis au préalable. Il peut par exemple s’agir de jours de congé supplémentaires, d’un vélo d’entreprise, de matériel informatique ou de warrants. Le télétravail connaît un vif succès depuis quelques années déjà, mais la plupart des entreprises ne s’y étaient pas encore engagées de manière structurelle avant le début de la pandémie. Depuis, tant les employeurs que les collaborateurs en perçoivent les avantages et évoluent vers un régime de travail hybride - quelques journées par semaine à la maison et quelques jours au bureau. Cela a non seulement un impact sur la manière de travailler (ensemble), mais également sur la rémunération des collaborateurs et les possibilités que votre organisation peut offrir dans le cadre du plan cafétéria qui, dans beaucoup d’entreprises, sont encore axées à 100 % sur le travail au bureau.

Télétravail

Les entreprises qui ont introduit un plan de rémunération flexible au cours des dernières années ont principalement opté pour des options de rémunération classiques. Songez à un véhicule de société, un vélo, du matériel informatique... Parmi les autres choix populaires, on retrouve les jours de vacances supplémentaires, le remboursement des frais ambulatoires ou de l’épargne pension individuelle, ou un bonus attrayant sous la forme, par exemple, de warrants. Grâce à cette approche dynamique de la rémunération, les collaborateurs ont davantage de prise sur leur package salarial et peuvent faire des choix selon leurs besoins spécifiques. Quoi de plus logique dès lors que les employeurs intègrent désormais le télétravail dans un tel plan.

Avant l’émergence de la pandémie de COVID-19, une part importante des options d’un plan cafétéria avait évidemment trait à la mobilité, et il n’est pas surprenant d’y voir la voiture de société arriver en tête des choix. Au cours des années à venir, le paysage de la mobilité va sensiblement changer. En effet, à partir de 2026, seuls les véhicules de société 100 % électriques pourront bénéficier d’un régime fiscal avantageux. Mais nous devons également tenir compte du fait que bon nombre de collaborateurs feront moins souvent la navette jusqu’au bureau et y gagneront à opter pour des alternatives visant à optimiser leur nouveau bureau à domicile. Une chaise de bureau ergonomique, une tablette, un deuxième écran... autant d’options intéressantes pour optimiser la rémunération qui permettent à l’employeur de conserver des coûts neutres.

Électricité

Autre nouveauté : la consommation d’électricité peut désormais être également proposée comme avantage de toute nature dans le cadre d’un plan de rémunération flexible. Les travailleurs qui passaient autrefois toute leur journée de travail au bureau et qui travaillent aujourd’hui plusieurs jours à la maison l’auront probablement déjà remarqué : la facture d’électricité a augmenté. Depuis, nous entendons des rapports inquiétants sur l’augmentation des prix de l’électricité qui pourraient encore faire grimper la facture à partir de cet automne. Les employeurs n’ont hélas pas d’emprise sur le marché de l’énergie, mais ils peuvent toutefois apporter leur pierre à l’édifice et alléger les coûts d’électricité des collaborateurs.

« À l’instar de l’internet at home, l’employeur peut désormais prendre à sa charge un certain montant de la facture d’électricité d’un collaborateur. Il convient toutefois de noter que tant les employeurs que les collaborateurs continuent de payer les cotisations sociales normales sur cet avantage énergétique, et qu’un pécule de vacances y est également dû. Le gain réside, il est vrai, dans le fait que ce n’est pas la valeur réelle qui est imposée, mais seulement un forfait moins élevé », explique Rudy Lardon, consultant juridique chez Attentia.

Au final, les collaborateurs ne paient donc que les impôts sur l’avantage forfaitaire. Cela permet non seulement de réduire le montant de la facture d’électricité, mais également aux travailleurs de conserver une part plus importante de leur salaire brut.

Ces conseils vous ont été utiles ? Dans ce cas, ne passez pas à côté de nos autres e-conseils intéressants.

Inscrivez-vous dès maintenant et recevez pendant cinq semaines des conseils actuels pratiques en matière de rémunération et de RH des experts d’Attentia.

Plus dans: Rémunération flexible