Les Lola nous aident à mieux apprendre

8 décembre 2020
Texte
Kira Dhanijns
Les Lola nous aident à mieux apprendre

Les étudiants développent leurs compétences au mieux quand ils suivent des formations qui sont interactives, au moins en partie. Cela vaut pour les formations classiques mais aussi pour leurs déclinaisons virtuelles. C’est à ce besoin que tentent de répondre les «Live Online Learning Activities» (Lola).

HRmagazine s’est entretenu avec Matthew Richter du groupe Thiagi. Ce collectif travaille depuis les années 2000 sur les Live Online Learning Activities (Lola), développées par Sivasailam Thiagarajan. Depuis, une formidable expertise a été accumulée.

Participation en ligne

«Il y a au moins deux bonnes raisons d’utiliser les Lola», explique Matthew Richter. «Les activités d’apprentissage dynamiques augmentent l’interaction des participants lors des formations en ligne. Développer les compétences (comme la capacité à donner un feed-back) ou acquérir des connaissances pratiques (apprendre la législation sociale) demande une approche pratique basée sur les exercices, les retours d’expérience et la répétition. Concrètement, à la fin d’une session, un formateur peut proposer aux participants de jouer à un quizz basé sur la matière enseignée. Les apprenants se poseront alors mutuellement des questions. Le vainqueur sera celui qui aura le plus de bonnes réponses.»

Dans une autre Lola, le formateur montrera une diapositive qui reprend les principaux enseignements de la session. Sauf que l’un des points les plus importants n’est pas mentionné et un autre l’est alors qu’il n’a pas été abordé pendant le cours. Les participants doivent identifier l’un et l’autre. «Cette approche contraste avec les résumés habituels que l’on rencontre à la fin d’une séance.» Cette approche active assure que les étudiants apprennent, réfléchissent et retiennent plus effectivement. Deuxième avantage: la motivation.

Grâce à ces interactions, les apprenants se sentent plus impliqués et sont plus attentifs.

Points d’attention

Ces méthodes en ligne plus actives empêchent les participants de se planquer au fond de la classe. Au lieu d’être noyés dans un groupe, tous les participants sont invités à réagir. Mieux, ils bénéficient chacun de la même attention grâce au lien personnalisé que représente la caméra de leur ordinateur. «Il faut cependant faire attention à la technologie. Dans une formation classique, le projecteur peut toujours tomber en panne, c’est vrai. Mais les problèmes techniques qui peuvent se produire dans un environnement numérique sont beaucoup plus nombreux. Pensez au son, à la caméra, au programme de chat, à la fonction de prise de notes…»

Passer en ligne, pas toujours simple

Les formations en ligne obéissent à une autre dynamique que les formules en présentiel. «Le formateur n’est pas toujours capable d’évaluer aussi bien les réactions des participants», souligne Matthew Richter. «Les réactions peuvent être plus lentes également. Raison pour laquelle un bon formateur classique ne sera pas toujours aussi performant en ligne.» Un conseil? «Joignez un producteur au professeur. Ils se partageront les rôles: le formateur se concentrera sur le cours, le producteur sur les aspects techniques.»

Plus dans: learningLOLAleren