Les «Mind skills» pour mieux penser nos sociétés

12 octobre 2020
Les «Mind skills» pour mieux penser nos sociétés

Il est dans l’intérêt et de la responsabilité des entreprises de développer la capacité à «mieux penser» de leurs collaborateurs. D’une part elles seront les premières bénéficiaires de collaborateurs plus compréhensifs et résilients. D’autre part elles ont un rôle essentiel à jouer dans l’élévation de la conscience des êtres humains.

Texte: Lionel Barets

Aujourd’hui, la gestion du développement des collaborateurs se joue sur les deux niveaux bien connus des hard skills et des soft skills.

Les hard skills représentent les compétences nécessaires pour réaliser le métier générateur de valeur. Elles permettent au professionnel de savoir-faire, elles sont particulièrement centrées sur l’activité.

Les soft skills représentent les compétences nécessaires pour collaborer avec les autres. Elles développent le savoir-être du professionnel, elles sont particulièrement centrées sur la personne et ses relations.

Contre la médiocrité

Un nouveau type de compétences émerge et devient essentiel. Souvent rangées parmi les soft skills, elles permettent aux personnes de savoir-penser en cohérence avec l’évolution extrêmement rapide et complexe du monde. Je les appelle, pour cela, les mind skills.

Les enjeux actuels de notre société nécessitent en effet que nous puissions échanger et réfléchir individuellement et collectivement à un autre niveau. Il est incontestable d’observer, à travers les réseaux sociaux, les médias, la politique et dans la rue, la médiocrité grandissante des réflexions. Le raisonnement d’un grand nombre de personnes reste trop inadéquat par rapport aux enjeux actuels. Or cette médiocrité se répand à une si grande vitesse qu’elle pollue les plus fragiles et les moins informés.

L’impact de cette médiocrité est de plus en plus visible aujourd’hui à de nombreux niveaux: racisme, renfermement national, complotisme radical, amalgame, réécriture de l’histoire, négationnisme des changements climatiques, voir la science comme une croyance, etc.

Élever le débat

Les mind skills aident très clairement à développer le savoir-penser du professionnel et de l’humain de manière générale, elles sont particulièrement centrées sur la compréhension du monde et de ses enjeux.

Voici quelques exemples:

• La philosophie aide de plus en plus de dirigeants à prendre des décisions éclairées plus sereinement.

• Un modèle comme les Valeurs dynamiques donne des clés particulièrement pertinentes pour comprendre les enjeux de la diversité et de l’évolution culturelle.

• La Doughnut Economy nous ouvre facilement les yeux sur les enjeux sociaux et écologiques.

• Les principes d’effectuation nous guident à travers l’incertitude que tout un chacun peut subir dans une crise comme celle du Coronavirus.

• La sérendipité nous aide à ouvrir les yeux sur les coïncidences et leur capacité à générer de la valeur dans un monde chaotique et incertain.

• L’art nous permet de sortir de nos schémas de pensée en intégrant raison, intuition et émotions.

Toutes ces approches et beaucoup d’autres nous amènent à pouvoir prendre du recul et à réfléchir de manière plus holistique. Elles contribuent également à développer plus de résilience.

Les professionnels d’aujourd’hui et n’importe quel être humain de manière générale n’ont plus besoin uniquement de compétences hard et soft pour bien faire leur travail et pour s’épanouir. La difficulté à soutenir une réflexion adaptée dans un monde qui nous dépasse nécessite d’attirer l’attention des entreprises pour élever le débat. ¶

Vous souhaitez en savoir plus, réagir, partager vos mind skills: www.mind-skills.eu.

ID

Lionel Barets

Fonction

CEO de Convidencia, expert en transformation et management agile