Ne pas voir le métavers en rose

1 avril 2022
Ne pas voir le métavers en rose

Microsoft est en train de tester le métavers. Le département RH veut surtout examiner si ce système peut favoriser la collaboration entre salariés. «Le métavers ne remplacera jamais la réalité physique», prévient Stijn Nauwelaerts. «Nous nous engageons dans un monde hybride. Il ne faut pas négliger la santé mentale des employés.»

Pour Microsoft, le métavers n'est pas une notion abstraite. L'entreprise de logiciels teste actuellement intensivement ce monde virtuel. «Notre département des jeux travaille à fond sur le sujet, mais il s'agit ici surtout de loisirs», explique Stijn Nauwelaerts. «De son côté, l'équipe RH y voit aussi du potentiel. Ici, c'est la collaboration qui est centrale. Comment réunir de grands groupes? Comment faire pour intégrer les individus dans ces communautés pour qu'ils aient l'impression de faire partie d'un ensemble plus vaste? Mais cela peut aller plus loin. Je pense à l'accueil des nouveaux engagés ou aux formations. Nous avons déjà reçu des réactions positives à ces égards. En revanche, tout ce qui concerne la productivité, comme la participation à un projet collectif, semble encore loin d'une réalisation concrète.»

Pas de remplacement

Microsoft croit plutôt à un monde hybride. «Nous ne reviendrons certainement pas tous au bureau et nous ne vivrons pas non plus tout le temps dans le métavers. Je ne crois pas à un grand remplacement.» Avec ses HoloLens, Microsoft s'est déjà engagée dans la réalité augmentée qui permet à un technicien de réparer une machine à distance. On peut penser aussi aux applications médicales. Il reste actuellement quelques problèmes techniques. On le comprend: il n'est pas évident d'utiliser toute la journée des lunettes de réalité virtuelle. Selon Stijn Nauwelaerts, ces inconvénients devraient être résolus à moyen terme.

Problèmes éthiques

Pour Stijn Nauwelaerts, l'éthique reste problématique. «Nous ne sommes pas encore prêts à répondre à cette question», affirme-t-il. «Quelles règles du jeu allez-vous appliquer quand vous envoyez votre avatar au travail? Dans ce monde entièrement virtuel, vous devez en revenir à vos valeurs de base. Pourquoi les gens viennent-ils travailler et que veulent-ils réaliser? Comment entrent-ils en relation entre eux? Il est clair qu'il faut définir des règles. Dans un monde virtuel, les limites sont floues et les individus sont plus directs, avec toutes les conséquences que cela suppose.» Microsoft a demandé à ses 160.000 salariés de définir ces valeurs avec leurs collègues et leur responsable direct. Des valeurs qui s'appliquent aussi au monde virtuel. «Pour moi, tout part de la culture et des valeurs. Que voulons-nous faire, quels sont nos objectifs? Nous travaillons beaucoup sur le sujet.»

Autre difficulté: la santé mentale. «Dans le monde virtuel, vous pouvez apprendre et vous pouvez être productif, c’est sûr. Mais nous devons nous demander comment la santé mentale va évoluer dans le métavers. On parle souvent de Great Resignation, mais il s'agit surtout de Great Isolation.» ¶

ID

Stijn Nauwelaerts

Fonction

Corporate Vice President Human Resources de Microsoft