«Nous n'avons pas de marge d'erreur»

22 mai 2022
«Nous n'avons pas de marge d'erreur»

«Nous avons réalisé une analyse de la diversité dans la province d'Anvers», explique Jens De Boeck, personne de confiance de Decathlon. «Principale conclusion? 45% de nos jeunes clients de moins de 18 ans ne sont pas d'origine belge. Dans nos magasins de la province d'Anvers, moins de 4% de nos salariés ont le même profil!»

Texte: Peter Ooms

Ce chiffre contraste fortement avec l'engagement stratégique de Decathlon qui veut être le reflet de la société dans son personnel et dans son équipe de direction. «Nous partons du principe que c'est essentiel pour conserver notre attractivité commerciale. Je pense en premier lieu à notre personnel mais l’entreprise cherche aussi à adapter sa gamme de produits, par exemple en prévoyant des vêtements de sport pour les personnes handicapées.»

Jens De Boeck a mené une analyse approfondie en examinant le nombre d’employées et de managers femmes, de personnes handicapées, la représentation des âges, etc. Decathlon Anvers a récemment décidé de désigner davantage de femmes à des postes de responsabilité et a pu réaliser une amélioration de 15%. «Mais je dois constater qu’en Belgique, nous employons peu de personnes handicapées. L’âge moyen de notre personnel tourne autour de 24 ans, alors que celui de nos clients, la population locale, s’élève à 41,6 ans.»

Réagir vite

Les résultats de ce genre d’analyses montrent aussi qu’il faut réagir rapidement. Jens De Boeck: «La manière d’étendre au plus vite la diversité est de se concentrer beaucoup plus sur les talents et les compétences pendant les recrutements. Nous devons aussi réussir à attirer une plus grande variété de compétences. Nous manquons trop souvent de compétences stratégiques et analytiques.»

Raison pour laquelle Decathlon ne veut pas compter sur des décisions prises par le sommet mais beaucoup plus par le niveau local. C’est au responsable de magasin de choisir les bonnes actions en fonction de la situation sur place. «Nous adoptons cette méthode parce qu’il y a quelques années, nous nous sommes heurtés à de fortes résistances en lançant une action précipitée sur l’inclusion des genres. Nous voulons éviter ce genre de réactions à l’avenir en préparant beaucoup mieux nos projets en la matière. Ils doivent être justes dès le premier coup: il y a très peu de marge pour les erreurs.»

Dans ce cadre, Decathlon collabore d’ailleurs à l’échelle internationale avec plusieurs entreprises. On y retrouve McDonald’s et Disneyland, mais aussi Intersport, un concurrent direct de l’entreprise. Avec Sophie Criquelion, Jens De Boeck a pris l’initiative d’organiser un congrès. «Toutes ces compagnies souffrent des mêmes problèmes et trouvent utile d’échanger leurs idées sur le sujet. L’objectif est de découvrir quelles sont les actions qui fonctionnent et celles qui ne marchent pas, où se situent les obstacles et comment les surmonter. Dans la dernière édition, nous avons réuni virtuellement 46 sociétés et 200 participants. Souvent, immédiatement après le congrès, les entreprises ont lancé des actions, notamment la filiale du Kenya en collaboration avec des athlètes professionnels locaux.» ¶

Jens De Boeck est intervenu lors de notre HRcongres les 12 et 13 mai derniers à Milan.

ID

Jens De Boeck

Fonction

Chef de projet et personne de confiance de Decathlon