Osez improviser

1 mai 2019
Texte
Gert Verlinden
Osez improviser

Je crois beaucoup dans l'analogie entre la GRH et le rôle d'un bassiste dans un ensemble de jazz. Ce joueur n'est pas au centre de l'action. Il est au service de la musique et du groupe. Mais si le bassiste ne joue pas, vous l'entendez immédiatement. C'est exactement le cas de la GRH qui doit d'abord fournir des services à l'organisation. «Get the basics right first». Le paiement des salaires doit être impeccable et les formations, en cohérence parfaite avec l'activité de l'entreprise. Si un problème survient, tous les regards se tournent aussitôt vers le département RH.

Le bassiste en fait beaucoup plus qu'on ne le croit. Il appuie le rythme du batteur et le relie à la mélodie du chant ou à celle du piano. Il est un membre à part entière du groupe. Mieux: la note que joue le bassiste exerce une influence directe sur la qualité et la couleur des accords. À l'image d'un DRH qui fait partie de l'équipe de direction et qui contribue à orienter la stratégie d'une organisation.

Le leadership est de plus en plus partagé. Comme dans un ensemble de jazz. J'aime travailler en toute confiance et je responsabilise ceux qui sont dans mon entourage. Il est illusoire de vouloir tout contrôler. Je suis capable de lâcher prise et d'improviser. Ce mot n'a pas toujours sa place dans une entreprise, mais en musique, il se déploie avec bonheur. Être agile et rectifier le tir, ce sont des évidences dans un groupe de jazz. Quand nous jouons, nous sommes complémentaires. Le public remarque à peine que nous commettons de petites erreurs parce que nous restons dans le rythme collectif. Et ces moments inattendus deviennent de nouvelles sources d'inspiration.

J'écris de temps en temps un blog. Sur la musique et sur le travail en entreprise. Je suis convaincu que faire de la musique apporte une immense valeur ajoutée. Pour votre santé physique et pour votre santé mentale. Pour l'image que vous avez de vous. Mais la musique est aussi un formidable ciment social. Pensez aux fanfares ou aux harmonies. Écrire, c'est aussi pour moi une manière de mettre de l'ordre dans mes réflexions. La musique est un exercice d'introspection. C'est un processus d'apprentissage qui réclame des efforts et du temps.

Exactement comme chez Devoteam. Lors de nos entretiens annuels d'évaluation, nous scrutons la performance. C'est la base. Mais quelle est votre valeur ajoutée? Nous regardons ce que vous apprenez, les nouvelles compétences que vous avez acquises. Le développement personnel fait la différence. Ma citation préférée vient de Henry Ford: «Whether you think you can, or you think you can't, you're right». Il faut toujours au moins essayer, pas après pas. Comme le faisait Toots Thielemans. Même quand il était très âgé, il continuait à chercher des mélodies et des harmonies sur son harmonica. Et il avait toujours en poche un iPod pour découvrir de nouvelles musiques.

J'encourage chacun à faire des expériences. À embrasser le changement. Le changement fait partie de la nature et de l'économie. Ne le combattez pas, surfez sur la bonne vague et apprenez le plus vite possible.

texte: gert verlinden / photo: wouter van vaerenbergh

ID

Jan Dillis

fonction

DRH de Devoteam Belgique, entreprise française de services numériques