Plan vélo: cinq pièges à éviter

15 juillet 2021
Plan vélo: cinq pièges à éviter

La pandémie semble avoir donné des ailes aux cyclistes, aidés en cela par l’essor des vélos électriques. Du coup, les «vélos de société» sont de plus en plus demandés. SD Worx a identifié cinq pièges dans lesquels ne pas tomber.

1. Ne vous lancez pas sans consulter le département RH

«Il arrive que nous rencontrions des dirigeants d’entreprise très enthousiastes qui se mettent en selle avant même d'impliquer leur département RH», souligne Anne Godisiabois, consultante de SD Worx. «La première question que vous devez vous poser est la suivante: est-il si facile de donner un vélo à vos travailleurs?»

Depuis le 1er janvier 2018, l’ONSS et le fisc ont adopté un point de vue avantageux selon lequel le travailleur ne doit plus payer d'avantage de toute nature (ATN) pour le vélo. Mais dans ce cas, il doit utiliser le vélo pour les trajets entre son domicile et son lieu de travail. «L'octroi d'un vélo soulève toutefois quelques questions. Allez-vous également proposer une indemnité vélo? Comment allez-vous traiter au mieux ce point sur la fiche de paie?»

2. Le vélo: un coût supplémentaire?

«Bien entendu, vous pouvez proposer des vélos en plus de votre coût salarial actuel, mais, dans ce cas, ce projet ne sera pas neutre sur le plan budgétaire», continue Anne Godisiabois. «De nombreuses entreprises pensent, à tort, que la rémunération flexible est réservée aux grandes enseignes. En réalité, il existe un mini-plan de rémunération flexible pour chaque entreprise, ce qui permet de travailler de manière neutre sur le plan budgétaire et d'offrir plus de choix au collaborateur.»

3. N’oubliez pas de comparer l’achat et le leasing

«Une culture stricte règne dans de nombreuses entreprises: certaines optent résolument pour l’achat, d’autres choisissent le leasing. Il faut cependant bien mettre en parallèle les avantages des deux systèmes et se concerter avec la comptabilité. Le leasing est un peu plus cher, mais il comprend l’entretien et l’assurance. Choisissez un système qui correspond à votre culture d’entreprise et expliquez bien les avantages aux collaborateurs.»

4. Ne négligez pas les ouvriers

Les ouvriers peuvent aussi bénéficier d’un plan vélo. «Mais il faut mener dans ce cas une analyse spécialisée afin d’éviter les surprises», conseille Anne Godisiabois. «L’idéal reste d’instaurer une nouvelle mobilité à vélo tant pour vos employés que pour vos ouvriers. Mais expliquez clairement l’impact qu’elle aura sur la pension, les vacances, la maladie et le chômage si vous devez opter pour une réduction du salaire brut.»

5. Faites attention à la procédure de commande

Vos collaborateurs peuvent-ils commander un vélo tout au long de l’année? Combien de temps le service du personnel dispose-t-il pour en assurer le suivi? Ce sont des questions qui se posent avec acuité à une époque où de plus en plus d’employeurs proposent le shopping continu dans leur système de rémunération flexible. «Vous pouvez limiter le moment de choix à deux semaines par an par exemple», recommande Anne Godisiabois. «Sachez aussi que vous pouvez automatiser l'introduction et le suivi des commandes pour limiter la charge de travail administrative et le suivi.»