Rebondir après la crise: quelles priorités?

4 novembre 2021
Rebondir après la crise: quelles priorités?

Une étude européenne SD Worx menée auprès de 3.000 entreprises à la fin du mois de juin 2021 révèle les priorités d'après-crise des responsables du personnel. Quelles sont les tendances en Belgique? Selon Michael Custers, CMO, et Robin Beens, directeur PME Belgique (SD Worx), les entrepreneurs doivent trouver un nouvel équilibre.

1. Guerre des talents: attirer, motiver et fidéliser

«La guerre des talents est féroce: une entreprise sur trois recrute», souligne Michael Custers. «Mais vous devez également tirer le meilleur parti de votre équipe en place. C'est pourquoi la gestion des performances est une priorité absolue. Comment motiver vos collaborateurs et les faire travailler efficacement, tant individuellement qu'en équipe? On constate également un regain d'intérêt pour l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée après la percée définitive du travail à domicile.»

«Les entreprises recherchent la simplicité dans leur politique de retour au bureau, mais elles souhaitent tenir compte des préférences et des préoccupations de leurs travailleurs», commente Robin Beens. Celui qui définit clairement sa politique en matière de travail à domicile peut également s'en servir pour attirer de nouveaux talents. Pour au moins un Belge sur trois, cette politique figure parmi les trois principales raisons de choisir un nouvel employeur.»

2. Recherche de spécialistes et d'expertise externes

«Les réglementations sociojuridiques, la paie et l'automatisation des processus RH sont les plus souvent externalisées dans notre pays», précise Michael Custers.

«La pandémie et les mesures de soutien qui l'accompagnent mettent encore plus de pression sur les employeurs pour qu'ils soient toujours à jour avec les nouvelles réglementations», complète Robin Beens. «Cette complexité ne facilite pas l'administration des salaires. De plus en plus d'entreprises souhaitent externaliser leur paie.»

3. Gérer la complexité des coûts de la main-d'œuvre

La rémunération et les coûts salariaux font partie du top 5 belge des projets d'externalisation. «Plus l'organisation est grande, plus il est intéressant de faire appel à un partenaire expérimenté pour l'optimisation et le contrôle des coûts salariaux», souligne Michael Custers. «Pour les entreprises belges de 250 travailleurs ou plus, cette priorité arrive même en première place.»

«Les entreprises doivent maîtriser leurs coûts, les PME encore plus», affirme Robin Beens. «L'innovation en matière de rémunération en est la clé et il existe toute une série d'instruments pour y parvenir. Pas nécessairement une voiture de fonction ou des chèques-repas, mais par exemple une prime de résultat ou une prime salariale lorsque les objectifs sont atteints. Même les choix personnels comme un vélo (électrique) ou davantage de vacances sont possibles, sans augmentation des coûts. Combinez ces avantages avec une GRH qui répond aux souhaits et aux besoins de vos collaborateurs et vous passez immédiatement à la vitesse supérieure.»

4. La GRH veut être aux commandes

En Belgique, huit responsables RH sur dix souhaitent choisir leurs propres systèmes RH. Ils comprennent que la numérisation débouche sur de nouvelles perspectives stratégiques. En outre, ils veulent une technologie qui donne la priorité à leurs travailleurs. Ceci, pour construire une stratégie RH solide.

«Les responsables de PME disposent d'un atout de taille à cet égard: ils sont proches de leurs collaborateurs», commente Robin Beens. «Grâce aux lignes de communication courtes, ils peuvent déployer précisément les instruments qui font la différence pour leur équipe.»