Recrutements: une opération éclair en pleine pandémie

1 juillet 2021

Embaucher 35 personnes en quelques semaines à l’aube du deuxième confinement. C’est le pari réussi par Aion Bank, une nouvelle banque qui propose ses services uniquement par Internet. Un modèle qui repose sur deux valeurs: l’agilité et la transparence. Et qui séduit visiblement les candidats.

Texte: François Weerts

«On peut nous considérer comme le Netflix des services bancaires», sourit Kim Van Esbroeck, directrice pour la Belgique d’Aion Bank, une nouvelle banque numérique, sans réseau physique, à l'exception d'un flagship store au cœur de Bruxelles. Pourquoi cette référence à Netflix? «Pour une raison simple: en échange d'un abonnement mensuel, nos clients ont droit à tous les services bancaires classiques. Ce prix est fixe et tout est compris. Et sur nos produits d'investissement, nous ne prenons ni frais ni commissions.»

Fort logiquement, la transparence est une valeur intrinsèque de l'entreprise. «Nous pensons que notre formule est la plus honnête pour nos clients. Mais la transparence que nous montrons à leur égard est fondamentale aussi dans nos rapports avec nos investisseurs et avec nos employés.»

La banque apporte dès lors un soin tout particulier à la communication interne. «Nous informons nos collaborateurs très régulièrement de nos opérations, de nos progrès, de nos objectifs… Et une fois par mois, notre CEO s'adresse virtuellement à eux. Certains points restent confidentiels bien sûr, mais les questions sont toujours les bienvenues.»

Francorchamps

L'agilité est un autre principe sur lequel s'appuie cette entreprise. On comprend pourquoi quand on sait que la banque a été créée en très peu de temps, en moins de deux ans, mise au point de la technologie comprise. «Nous appartenons résolument au monde des start-ups, des fintechs», souligne Kim Van Esbroeck. «Chez nous, l'agilité est une deuxième nature. Un projet qui prendrait plusieurs mois dans une autre organisation sera réglé en quelques semaines, voire en quelques heures, chez nous. Face à dossier difficile, si l'un de nos collaborateurs se rend compte qu'il lui manque certaines compétences, il s'adresse à l'un de ses collègues qui l'aidera rapidement. Nous ne sommes pas dans un diesel sur l'autoroute mais dans une voiture de course sur le circuit de Francorchamps.»

Le goût de l’aventure

Ces caractéristiques ont bien entendu des conséquences sur les profils recherchés. «Nos candidats doivent avoir le goût de l'adrénaline, de la liberté, de la vitesse, de l'aventure. Mais nous devons vérifier aussi qu'ils savent bien à quoi ils s'engagent. Travailler dans une fintech est une perspective très séduisante pour de nombreux professionnels de la banque qui veulent pimenter leur vie professionnelle. Mais cette rapidité de transformation ne convient pas à tout le monde.»

Les compétences techniques restent essentielles, surtout dans un domaine aussi régulé que le secteur bancaire. «Cela dit, toutes les fonctions que nous cherchons à pourvoir ne nécessitent pas d'avoir passé dix ans dans une banque. C'est le cas des business developers, par exemple, qu'ils s'adressent à nos clients professionnels ou particuliers. Bien sûr, nos conseillers en crédit devront avoir un solide bagage financier.» D’autres fonctions, au département juridique par exemple, réclament elles aussi des savoir-faire techniques précis.

Job dating

Une récente opération de recrutement illustre le mode de fonctionnement de la banque, basée sur la vitesse d'exécution. «En partant de zéro, nous avons monté une équipe commerciale de plus de 35 personnes juste avant le deuxième confinement, en octobre dernier», raconte Kim Van Esbroeck. «En six semaines, nous avons procédé à toutes les embauches.» Une agence spécialisée s'est occupée de la première sélection. Puis le département RH a pris le relais pour retenir les candidats les plus adéquats. Enfin, Kim Van Esbroeck et un collègue ont participé à un job dating pour prendre la décision finale. «Cette méthode est très efficace. D'autant plus qu'à l'époque, les rencontres en présentiel étaient encore autorisées. J'aime d’ailleurs beaucoup ces brèves rencontres. J'organise aussi des speed datings en interne. En une heure, j’ai l'occasion de rencontrer plusieurs personnes. Très précieux pour prendre la température et faire le tour des problèmes.»

Kim Van Esbroeck insiste sur l’intérêt des contacts humains directs. «Une rencontre dans un couloir ou devant la machine à café permet parfois d’obtenir une réponse en quelques secondes», dit-elle. «Bien sûr, la vidéo reste très efficace. Mais il nous manquera toujours ce petit quelque chose qui arrondit les angles ou en dit un peu plus sur votre interlocuteur.» La directrice de la banque ne boude cependant pas son plaisir numérique. «La pandémie nous a forcés à basculer du jour au lendemain dans le monde virtuel intégral. Nous étions prêts et en quelques heures à organiser le télétravail généralisé.» On n’en attendait pas moins d’une fintech qui offre l'essentiel de ses services en ligne. ¶

Aion Bank

Lancée juste avant le confinement, Aion Bank est une banque dématérialisée, entièrement numérique. Forte de 250 équivalents temps plein, elle se concentre sur la Belgique, son premier marché, mais a des ambitions européennes. Elle opérera bientôt en Pologne et vise une présence dans une dizaine de pays. Cet établissement est né de la reprise de la Banca Monte dei Paschi di Belgio, filiale de la plus ancienne banque du monde. Ce qui n'est pas sans ironie pour cette fintech qui se veut à la pointe de la modernité, faisant notamment un large usage de l’intelligence artificielle… Ajoutons qu’elle possède une licence bancaire complète et est supervisée par la Banque nationale de Belgique.

Flagship Store

Malgré l'absence de réseau d'agences, Aion Bank souhaitait conserver la possibilité d'offrir un service physique à ses clients. Raison pour laquelle elle a créé une agence phare avenue de la Toison d'Or, sur le modèle des Apple Stores. «Dans notre univers entièrement numérique, nous gardons donc une approche humaine: ceux qui le désirent peuvent y rencontrer un expert pour lui parler de ses besoins.»

ID

Kim Van Esbroeck

Fonction

Directrice pour la Belgique d’Aion Bank