«Une flotte entièrement électrique? Rien ne s'y oppose!»

1 juillet 2020
Texte
Patrick Verhoest
«Une flotte entièrement électrique? Rien ne s'y oppose!»

À partir de cette année, Umicore ne proposera plus à ses cadres belges que des voitures électrifiées.

Texte: Patrick Verhoest

À l'occasion de la présentation de la nouvelle Audi Q5 S tronic (lire l'encadré), nous avons organisé un essai dans les conditions imposées par les règles sanitaires. Nous nous sommes entretenus avec Michaël De Meyer, Compensation & Benefits Project Manager. C'est lui qui est aux commandes de la nouvelle politique des voitures de société d'Umicore. «Nous avons consacré beaucoup de temps et d'énergie à ce projet avec notre équipe Comp & Ben.» À partir de cette année, Umicore n'acceptera plus que des voitures électrifiées dans sa flotte. C'est la Belgique, où l'on trouve le plus grand parc du groupe, qui essuie les plâtres.

Durabilité

Leader d'un marché centré sur la durabilité, Umicore entend montrer le bon exemple en réduisant rapidement les émissions de CO2 de sa flotte. Michaël De Meyer roule lui-même dans une voiture hybride et plug-in. Père de deux jeunes enfants, il voulait disposer d'un véhicule pratique et confortable avec une autonomie électrique suffisante. Le rayon d'action réel de 50 kilomètres lui suffit pour aller au bureau et en revenir. «J'utilise quasiment tout le temps ma voiture pour les trajets entre mon domicile et mon travail. J'habite dans un endroit qui est mal desservi par les transports en commun. Je dois aussi me rendre de temps en temps dans d'autres sites et, là aussi, les transports publics ne sont pas commodes. En fait, pour notre personnel en général, la voiture reste un facteur de mobilité essentiel.»

Transition

Umicore travaille depuis longtemps sur la mobilité durable et offre depuis 2017 des vélos en leasing pour remplacer les voitures. Parmi les 3.200 personnes que l'entreprise emploie en Belgique, ils sont un millier à avoir choisi le deux-roues. Un succès qui est dû à l'absence de transports publics près des usines. Umicore a décidé d'aller plus loin dans la protection de l'environnement. Les cadres qui ne souhaitent pas disposer d'une voiture de société reçoivent une compensation sous la forme d'une hausse de leur salaire brut. Ensuite, Umicore ne propose plus désormais que des véhicules électrifiés. «Pendant une période de transition, ces voitures seront hybrides plug-in et électriques mais en 2022, notre ambition est de ne plus intégrer dans notre flotte que des voitures entièrement électriques.» Enfin, Umicore continue à stimuler le recours aux transports en commun. «En matière de mobilité, notre défi est de proposer de bonnes alternatives à côté des voitures de société. De toute façon, nous voulons atteindre l'objectif de zéro gramme de CO2 émis par notre flotte.»

Faisabilité

L'équipe de Michaël De Meyer a donc reçu la mission de lancer une nouvelle politique, basée sur une flotte entièrement électrique. «Dans la foulée de cette électrification, nous avons examiné s'il était possible d'investir dans des stations de recharge sur les sites de l'entreprise, au domicile de nos collaborateurs ou en chemin. C'est faisable aujourd'hui dans le cadre du coût total de propriété grâce aux mesures fiscales avantageuses qui s'appliquent aux véhicules hybrides plug-in et aux électriques. Sans ces mesures, le coût augmenterait considérablement. Ou alors, il faudrait réduire l'éventail de voitures offertes. Ce qui aurait rendu très difficile l'acceptation de notre plan.»

Coût total de propriété

Certaines choses changent pour les salariés. Auparavant, chacun disposait d'une enveloppe. C'est dans ces limites qu'il configurait la voiture de son choix. Michaël De Meyer: «Nous ne tenions pas vraiment compte du coût total de propriété, il ne s'agissait pas non plus d'un vrai budget de leasing. Nous avons abandonné cette façon de procéder. Nous ne proposons plus que des voitures bien définies et configurées. Nous avons retenu sept marques. Nous essayons de diversifier l'offre. Et comme le choix de nos collaborateurs est limité à la couleur et plus aux options, nous conservons la maîtrise du coût total de propriété.»

Umicore a organisé des présentations pour expliquer sa nouvelle stratégie. Michaël De Meyer s'est heurté à quelques résistances. «De nombreuses critiques concernaient l'éventail restreint de modèles et l'autonomie limitée. Difficile, en effet, de rejoindre d'une traite le sud de la France. Cela dit, les oppositions sont loin d'être catégoriques. Nous proposons une belle gamme d'hybrides plug-in et de voitures électriques, que nos collaborateurs peuvent recharger à la maison et au travail. Au lieu d'une carte carburant, ils reçoivent une carte de recharge. Ce qui nous permet de résoudre plus de 95% des besoins de recharge. Nous n'avons pas rogné sur la qualité des nouveaux modèles qui entrent dans notre flotte. Je suis heureux que nous ayons pu faire ce choix difficile. Même s'il n'est pas évident pour tous nos collègues, je sais qu'ils en comprennent la philosophie.» ¶

La voiture: AUDI Q5 Sport TFSI e quattro S tronic

Prix de la version testée: 67.301,45 euros HTVA

Disponible à partir de: 51.301,45 euros HTVA

TMC:

Bruxelles – Wallonie et leasing: 4.957 euros

Flandre: 0 euro

Taxe de circulation:

Bruxelles – Wallonie et leasing: 437,45 euros par an

Flandre: 0 euro

Consommation et émissions (valeurs WLTP): Mixte 2,1 L/100 km; 48g/km

Puissance: 185 KW (252 CV)

Volume du coffre: 550 litres

ID

Michaël De Meyer

Fonction

Compensation & Benefits Project Manager d'Umicore