Vers une politique RH internationale cohérente

12 avril 2021
Vers une politique RH internationale cohérente

Après un congé sabbatique, Wouter Van Linden est entré chez Waterland Private Equity. Sa première mission? Concevoir une stratégie RH internationale qui soit cohérente.

Texte: Patrick Verhoest / Photo: Copy Cat Wilrijk

2020 était une année spéciale pour Wouter Van Linden. Il a fêté son cinquantième anniversaire et ses vingt-cinq ans de carrière professionnelle, il a soufflé les quinze bougies de son emploi chez KPMG. Quand il a décidé de prendre un congé sabbatique après la première vague, il a fait le point de sa carrière en trois parties chez KPMG. Six ans au département comp & ben, sept ans au poste de Head of People pour la Belgique et deux ans comme Head of People EMA. «Sous l'influence de la pandémie, mon travail plutôt stratégique avait fini par me donner moins d'énergie. J'ai alors décidé de tourner la page. Je voulais faire quelque chose de spécial pour la dernière partie de ma carrière.»

Parcours de croissance

Wouter Van Linden cherchait un emploi dans les ressources humaines qui lui permette de mêler les tâches opérationnelles, tactiques et stratégiques, de préférence dans un environnement international. C'est alors qu'il a croisé le chemin de Waterland Private Equity. Cette entreprise d'origine néerlandaise aide les entrepreneurs dans leur parcours de croissance. Il a donc trouvé dans cette organisation les défis qu'il recherchait dans sa nouvelle vie professionnelle. «Waterland est passé ces trois dernières années de 40 à 120 employés. Cela paraît peu par rapport aux dizaines de milliers de salariés de KPMG EMA, mais le charme de la proposition résidait notamment dans l'envergure géographique de Waterland qui s'étend dans neuf pays. L'environnement de salariés hautement qualifiés, centrés sur les ressources humaines, me plaisait encore plus.»

Consistance

Chez Waterland, chaque pays avait sa méthodologie et ses programmes. «Je me suis plongé d'entrée de jeu dans cette problématique», assure le responsable RH. «L'objectif est d'harmoniser l'ensemble, sans tomber dans le piège de l'uniformisation. Je veux respecter les politiques locales performantes tout en apportant au groupe les bénéfices d'une pratique plus globale. J'ai dès lors réalisé un plan d'action que je vais maintenant mettre en œuvre.»

Dans son portefeuille, Waterland possède des investissements dans plus de cinquante sociétés. L'organisation applique une stratégie de buy and build, c'est-à-dire qu'elle s'efforce d'accompagner le développement de ses acquisitions. «Nous investissons dans des sociétés et aidons le management à concrétiser ses ambitions de croissance. Actuellement, notre portefeuille comprend environ 30.000 salariés. Je me considère comme la caisse de résonance des équipes locales RH. Je veux les aider à intégrer et à améliorer leurs processus. Créer une communauté est la deuxième partie de ma mission.»

Leçon de vie

Wouter Van Linden se donne un peu de temps pour réfléchir aux sept priorités qu'il s'est assignées: recruter, intégrer, développer, former, rémunérer, engager et réussir les transitions. «Je n'invente rien tout seul, mais je fais attention aux attentes de mes partenaires. C'est avec eux que j'entends concevoir notre stratégie RH.»

Le nouveau responsable des ressources humaines regarde d'un œil positif la première partie de sa vie professionnelle. «Tous les cinq ans en moyenne, ma carrière a pris un virage. Je conseille de faire le point régulièrement sur son parcours et de réfléchir à ce que vous allez pouvoir faire par la suite. Qui êtes-vous? Que pouvez-vous faire? De quoi avez-vous envie? Qui peut vous aider dans vos projets? Cette remise en question est une manière d'aborder avec confiance un avenir toujours incertain.» ¶

ID

Wouter Van Linden

Fonction

Group Head of HR de Waterland Private Equity