Y a-t-il un recruteur dans la salle?

15 novembre 2021
Y a-t-il un recruteur dans la salle?

La pénurie de talents se fait plus aiguë dans certains secteurs. Il est donc temps de recruter… des recruteurs capables de passer à l'action. Mais ces professionnels se font aussi de plus en plus rares. Parce que les entreprises, pendant le confinement, n'embauchaient plus, ils ont été nombreux à prendre un nouveau virage dans leur carrière.

Texte: Gert Verlinden

Comment trouver le recruteur si désiré? Et comment rendre ce métier attractif?

Trois remèdes.

1. Calculez la valeur de la fonction. Connaissez-vous le retour sur investissement d'un recrutement réussi? Et le coût d'un échec? Le recruteur est un acteur financier essentiel du capital humain dans l'entreprise. Il dispose d'un énorme réseau interne et externe sur lequel il pourra capitaliser plus tard. Laissez-le déployer ses atouts: ne limitez pas sa fonction mais étendez-la pour qu'il devienne un acquisition partner: quelqu'un qui réfléchit du début jusqu'à la fin avec les managers et les candidats, y compris après l'entrée en service de ces derniers. Investissez dans le développement de ses compétences numériques afin que les technologies intelligentes puissent donner toute leur mesure. Laissez-lui toute l'autonomie nécessaire, permettez-lui de travailler sans être lié par un horaire ou par un lieu. N'oubliez pas qu'une interview structurée et approfondie offre la plus grande valeur prédictive dans le domaine de la sélection de personnel.

2. Cherchez des candidats dans d'autres métiers. Vous voulez embaucher un jeune qui possède sa maîtrise en psychologie du travail? Quitte à le former vous-même à l'art du recrutement? Fort bien. Mais l'ancienneté dans ce rôle est relativement courte. Très souvent, il est dévolu à de jeunes professionnels et leur sert de tremplin vers une autre fonction. Cherchez votre nouveau recruteur dans des professions différentes. Des professions qui reposent sur des compétences comme l'écoute active, le questionnement, l'analyse et la synthèse, la force de conviction, la capacité de négocier, la curiosité et l'intelligence économique. Ces compétences, on les retrouve chez les managers chevronnés, les chefs de projet transversaux, les account managers, les journalistes, les HR Business Partners, les spécialistes du changement, les coachs professionnels et les formateurs.

3. Donnez une autre définition au rôle. Dans un marché du travail qui souffre de pénurie et d'une faible mobilité, les candidatures spontanées sont rares. La guerre des talents? Ce sont les talents qui la gagnent. Un recruteur doit évoluer et devenir une boussole pour les candidats. Un guide qui les aide à faire les choix professionnels les plus durables, pour que l'entreprise ne se contente pas de les attirer mais qu'elle les lie à elle solidement, en s'appuyant sur une culture, des valeurs et un sens communs. Une telle approche implique que le recruteur prenne des distances avec l'approche transactionnelle, qu'il ne se contente plus de boucher les trous dans l'organigramme. Le recruteur est un partenaire du talent et du management, qui accompagne la GRH et qui la remet, qui l’aide à tourner le dos au mythique mouton à cinq pattes. ¶