HRRH Congres – Steven Poelmans : «Les  paradoxes du leadership»

HRRH Congres – Steven Poelmans : «Les paradoxes du leadership»

13 mai 2019

Lors du HRRH Congres à Milan,Steven Poelmans a présenté en détail le NeuroTrainingLab qu'il a installé dans les locaux de l'Antwerp Management School. Objectif ? Tenter d’améliorer les compétences en leadership.

Steven Poelmans travaille depuis sept ans dans ce qu'il appelle le NeuroTrainingLab. Cette nouvelle méthodologie est basée sur le modèle des assessment centers. «Nos cobayes sont plongés dans une situation réelle dont ils ont reçu le scénario au préalable»,a-t-il dit. «Ils interagissent avec des comédiens spécialement formés. Ces derniers jouent le rôle de collègues ou de subordonnés en chair et en os qui provoquent des conflits, espèrent une promotion sans y avoir droit, éclatent en sanglots ou commencent à hurler. Le test vise à déterminer comment le cobaye réagit, coache ou résout les conflits. Et des observateurs entraînés examinent son comportement à la loupe.»

Commettre des erreurs

Le professeur Poelmans souligne que son approche n'a rien en commun avec les assessment centers qui s'attachent au recrutement et à la sélection. «Notre laboratoire se concentre sur la formation et le développement. Il ne s'agit pas ici de savoir qui réussit ou qui échoue. Chez nous, nos invités doivent se sentir en sécurité:l'erreur est autorisée. Grâce au feed-back immédiat, ils peuvent alors tirer toutes les leçons de leurs fautes.»

Intelligence émotionnelle

Les premières conclusions démontrent que l'intelligence émotionnelle est un élément très important du leadership. «Les managers pensent souvent qu'ils doivent refouler leurs émotions dans les situations de crise. Mais nous avons appris que celui qui se déconnecte de ses émotions réprime aussi celles qui sont positives. Ces sentiments semblent précisément être de la plus haute importance pour devenir un leader inspirant. On ne peut pas s'abstraire totalement de ses émotions. Lavoie la plus raisonnable est d'accepter ses émotions, d'en tirer les leçons et de s'en servir. C'est une conclusion fondamentale.»

Autre conclusion livrée par le professeur : les vrais leaders excellent dans la maîtrise des paradoxes. «Ils parlent et ils écoutent. Ils savent résoudre un problème technique et soigner la relation émotionnelle avec leur interlocuteur. Ils contrôlent et ils délèguent. Leur analyse se situe au niveau de l’organisation et en même temps au niveau de l’individu. Bref, les leaders ne considèrent pas les paradoxes comme des dilemmes.»