Ingrid Marcelis Ingrid Marcelis, Vice-présidente HR Operations Europe Ontex
Texte
Gert Verlinden
Image
Wouter Van Vaerenberg

Si loin mais si proche

1 mars 2021
Nous partageons the good, the bad and the ugly
Vivre près du château de Gaasbeek, c'est magnifique, mais le monde, c'est autre chose, tout de même. La Belgique est un petit pays et je me sens très attirée par les autres continents. J'ai travaillé aux États-Unis, j'ai aidé à mettre en route une usine en Éthiopie et les pays asiatiques ne cessent de me surprendre. Dès que je reste plus de six heures dans un avion, je sens une excitation agréable me démanger, celle d'arriver quelque part loin de chez moi.

Vivre près du château de Gaasbeek, c'est magnifique, mais le monde, c'est autre chose, tout de même. La Belgique est un petit pays et je me sens très attirée par les autres continents. J'ai travaillé aux États-Unis, j'ai aidé à mettre en route une usine en Éthiopie et les pays asiatiques ne cessent de me surprendre. Dès que je reste plus de six heures dans un avion, je sens une excitation agréable me démanger, celle d'arriver quelque part loin de chez moi.

Le siège d'Ontex est tout à côté, à Erembodgem. Pourtant, je ne considère pas cette entreprise comme essentiellement belge. Pour moi, il s'agit d'une vraie organisation internationale: grâce à elle, je peux partir régulièrement à l'étranger. Les collègues de mon équipe ont plusieurs nationalités et travaillent partout en Europe. Je leur rends souvent visite dans leur lieu de travail local. C'est en étant proche d'eux que je ressens le mieux l'ambiance, que je peux la toucher du doigt.

Pendant la pandémie, nous avons beaucoup utilisé les vidéoconférences. Les réunions internationales me manquent. J'y reçois beaucoup plus d'informations et d'échos que par l'intermédiaire d'un écran. Dans ma fonction de HR Partner, je veux être le plus près possible du terrain et participer étroitement aux débats. C'est aussi ce que j'attends de mon équipe. Nous pouvons ainsi répondre beaucoup mieux aux besoins de l'organisation et accompagner les salariés dans leur progression.

La cohésion de mon équipe internationale est forte. Nous organisons régulièrement des réunions virtuelles, nous nous mettons d'accord, nous échangeons nos connaissances et nos meilleures pratiques. Entre nous, l'état d'esprit est très ouvert: nous partageons «the good, the bad and the ugly». Ce qui nous donne de l'énergie et nous motive à aller plus loin.

La volonté, la résilience et l'authenticité sont des valeurs essentielles pour moi. Quand les choses vont mal, vous devez persévérer et vous relever. Prenez vos responsabilités, admettez vos erreurs et tirez-en les leçons. Vous n'êtes pas une victime, vous avez le pouvoir de remonter le courant.

Dans le Global Young Graduate Program d'Ontex, je rencontre de jeunes gens talentueux qui m'inspirent. Leur perspective, leur formation et leur maturité et leurs compétences numériques sont des bénédictions. La diversité ne se résume pas aux nationalités, aux langues, au genre ou à la religion. Elle passe aussi par l'âge. En Belgique, nous avons une vision étroite du rapport entre l'âge et le travail. À l'étranger, ce thème joue un rôle nettement moins important. Pour ma part, je veux continuer à travailler le plus longtemps possible pour apporter mes connaissances et mon expérience aux autres. Partout dans le monde. L'environnement paisible de Gaasbeek constitue à cet égard une source d'inspiration parfaite.

ID

Ingrid Marcelis

Fonction: Vice-présidente HR Operations Europe Ontex