Marco De Gooijer, DRH pour la Belgique, les Pays-Bas et les pays nordiques du groupe Barry Callebaut Marco De Gooijer, DRH pour la Belgique, les Pays-Bas et les pays nordiques du groupe Barry Callebaut
Texte
Gert Verlinden

Simplicité et impact: les clés de l’excellence RH

2 juin 2020
Chaque étape doit fonctionner et chaque centime compte

Marco De Gooijer, DRH de Barry Callebaut, compare son projet mondial de numérisation de la GRH à un éléphant. Comment s'attaque-t-on à une mission aussi colossale? «L'éléphant, je l'ai découpé en tranches!

Pour numériser ses processus RH, Barry Callebaut a choisi des systèmes et des outils intelligents qui reposent sur des données robustes et qui remettent les salariés aux commandes. Afin de faire baisser ses coûts, l'entreprise avait besoin d'investir dans de nouvelles technologies RH. Par exemple, l'intelligence artificielle et le cloud. La société a donc modernisé sa fonction RH qui est désormais centrée sur le service aux employés. Ce qui réclame une excellence numérique et opérationnelle.

Le résultat attendu? Un grain de productivité, de même qu'une augmentation de l'engagement des salariés, une diminution de l'absentéisme, un taux de rétention plus élevé et la flexibilisation de l'organisation. «Mais le premier objectif est de montrer que le système fonctionne. Le reste viendra de lui-même», affirme Marco De Gooijer, DRH du chocolatier. 

Pas de fin prévue

Le projet s'annonce sans fin. Parce que travailler sur l'excellence opérationnelle de la GRH est un processus continu. Un processus au centre duquel doit être placé, par définition, le salarié. «Un système RH numérisé au maximum paraît formidable, beau comme un éléphant», sourit Marco De Gooijer. «Mais un éléphant a une taille gigantesque. Raison pour laquelle j'ai découpé l'opération en tranches. Cette approche permet de limiter les coûts, le projet reste gérable et les clients internes de la GRH peuvent constater rapidement les premiers résultats.»

Pas de grh pour le plaisir

Cette approche simple et ciblée caractérise Barry Callebaut. Il s'agit de rendre les processus RH intelligents astucieux et performants. L'entreprise place au cœur de son activité ses clients et ses collaborateurs. Et le département RH balaie devant sa porte: pas de GRH pour le plaisir de faire de la GRH. Il veut au contraire proposer de nouveaux outils qui facilitent la vie numérique des salariés. Exemple? Tous les employés du service ont accès aux instruments électroniques de recrutement. Y compris les responsables qui produisent du matériel de formation.

Optimistes et pessimistes

Les ambitions sont élevées mais aujourd'hui, pratiquement aucun processus RH n'est numérisé à 100%. Des opérations manuelles sont toujours requises. «Nous avons donc fixé des priorités. Abattre cet éléphant en un seul coup ne sera jamais possible.» Marco De Gooijer insiste aussi sur le processus de changement: le passage de l'ancien mode de pensée au nouveau demande du temps. «Vous avez toujours des optimistes mais en face d'eux, vous trouverez aussi des critiques.»

Barry Callebaut s'engage dans la transformation de la fonction RH pour l'avenir. «Je crois beaucoup dans cette évolution», souligne Marco De Gooijer. «Mais chaque étape doit fonctionner et chaque centime compte. D'où cette approche fragmentée.»

Rh ou informatique?

Cette opération de numérisation est-elle un projet de la GRH ou du département informatique? Marco De Gooijer a opté résolument pour les ressources humaines. «Parce que l'excellence opérationnelle de la GRH est essentielle. Elle est donc en première ligne.»

Barry Callebaut veut aller loin. L'objectif est de fixer au niveau global des méthodes de travail standardisées. Cette ambition doit cependant conserver une dimension locale. Il suffit de penser aux compétences: elles sont différentes dans chaque région du monde. La gestion des salaires aussi dépend fortement du contexte national. Le principe est donc d'avoir une philosophie globale tout en respectant les particularités locales.

Un risque de déshumanisation?

Marco De Gooijer ne craint pas que la numérisation approfondie des processus RH débouchera sur une déshumanisation du travail. «Au contraire, les instruments que nous utiliserons dans l'avenir faciliteront les interactions humaines.»

Les systèmes dont disposera la GRH ont au caractère prédictif et sont basés sur l'auto-apprentissage. «Il faut bien entendu que les données que vous introduisez soient de grande qualité. Pour cette raison, nous avons opté pour un traitement automatisé des données en limitant les interventions manuelles.»

Quatre conditions pour réussir un projet d'automatisation RH

  1. Position centrale du salarié. Un système intelligent place l'utilisateur au cœur des processus. Ce règle s'applique à tous les collaborateurs, quelle que soit leur fonction.
  2. Qualité des données. Toutes les interfaces destinées aux utilisateurs doivent avoir un fonctionnement stable. Ce qui réclame une très grande pureté des données RH.
  3. Intelligence et efficience. D'un seul clic, le manager doit disposer de toutes les données RH intéressantes, avec des analyses et des prévisions étayées.
  4. Expérience utilisateur fantastique. L'outil doit être le plus convivial possible: le salarié doit en être fier. N'oubliez pas que vos salariés font votre marque d'employeur.

Conseils de Marco De Gooijer

  1. Cherchez à unifier la vision du projet, même au niveau international: qu'il s'agisse du modèle numérique, de la définition, de la stratégie et de la portée.
  2. Connaissez votre activité: qu'attendent les utilisateurs de votre système RH?

Barry Callebaut

Avec un chiffre d'affaires d'environ 6,5 milliards d'euros en 2018-2019, le groupe Barry Callebaut, basé à Zurich, est un producteur de premier plan de chocolat et de produits cacaotés de qualité. Le groupe compte environ 60 unités de production dans le monde et emploi plus de 12.500 personnes.

Barry Callebaut fournit toute l'industrie alimentaire avec ses deux marques, Callebaut et Cacao Barry. Le groupe s'est engagé à faire du chocolat durable la norme en 2025 pour garantir l'approvisionnement en cacao et pour améliorer les conditions de vie des planteurs. Sa GRH se concentre aussi sur une croissance durable.