Un manque criant de diversité sur le marché du travail belge

21 novembre 2022
Texte
Francois Weerts

«Si notre pays veut rester économiquement pertinent à l’échelle mondiale, il doit miser davantage sur les questions de diversité, d'équité et d'inclusion (DE&I).» Il s’agit de la clé de la croissance économique, selon Boston Consulting Group (BCG) et Google. Les deux entités ont uni leurs forces dans le cadre d’une étude à grande échelle sur la diversité, l’équité et l’inclusion au travail en Belgique. Les résultats sont étonnamment mauvais.

Afin de réaliser cette étude, les équipes de direction des 100 principales entreprises belges en termes de chiffre d’affaires ont été interrogées. De plus, une enquête a été menée auprès de plus de 1.000 travailleurs en Belgique. L’étude montre que la diversité culturelle et des genres aux postes de direction est encore trop peu représentée. Il en ressort également que cette absence de diversité constitue une opportunité manquée sur le plan économique et social. En effet, il est prouvé que les entreprises qui mettent l’accent sur ces questions obtiennent de meilleurs résultats en termes de performances financières, d’innovations ainsi que sur leurs ambitions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). De plus, il s’agit d’un facteur déterminant pour attirer et conserver de précieux talents.

Le fossé reste trop important

À travers cette enquête, BCG et Google tirent la sonnette d’alarme et visent ensemble à accroître la diversité au sein des entreprises belges ainsi qu’aux postes de direction. En voici les principales conclusions.

• Le taux d’emploi des femmes est inférieur de 8 points à celui des hommes. Nous observons une tendance similaire en matière de diversité ethnique. La participation de personnes nées à l’étranger au marché du travail belge est inférieure d’environ 13 points à celles des personnes nées en Belgique.

• Au sein des comités de direction, seuls 18% des postes sont occupés par des femmes et seuls 2% par des personnes non blanches.

• Les résultats sont encore plus frappants pour les fonctions de président directeur général (PDG): seuls 9% de ces postes sont occupés par des femmes, qui représentent pourtant 51% de la population belge. En termes d’âge, 55% des PDG actuels ont plus de 55 ans, alors que cette tranche d’âge ne représente que 33% de la population active.

Les programmes de diversité ne sont pas efficaces

Il n’y a pas assez de programmes de diversité au sein des entreprises belges, et ceux qui existent n’ont aucun impact.

• Parmi les grandes entreprises et les PME belges, seuls 52% des répondants ont indiqué disposer d’un programme promouvant la diversité en matière de sexe, d'origine ou de LGBTQ+.

• En outre, seuls 10% à 35% des travailleurs concernés ont personnellement bénéficié des programmes en place en matière de diversité.

• 34% des femmes reconnaissent qu’il existe des obstacles à la diversité des genres au sein de leur organisation, contre seulement 23% des hommes hétérosexuels de plus de 45 ans. L’écart est encore plus marqué en ce qui concerne l’origine ethnique (52% perçoivent des obstacles internes) et la communauté LGBTQ+ (60%).

La valeur commerciale de la diversité

Les jeunes talents accordent trois fois plus d’importance aux critères DE&I que la génération précédente lorsqu’ils choisissent un nouvel employeur. Quant aux talents issus de minorités, ils y accordent deux fois plus d’importance que l’ensemble de la population active.

• Plus de 40% des travailleurs issus d’une minorité qui quittent l’entreprise justifient leur décision par l’absence d’une culture d’entreprise inclusive.

• Des études internationales ont montré que les investissements en matière de diversité sont très rentables, y compris en Belgique.

• Un autre constat est que les entreprises belges de premier plan dont les équipes dirigeantes sont plus diversifiées obtiennent des scores ESG supérieurs de 6% en moyenne.

L’entreprise de demain est inclusive

Miser sur la diversité, c’est parier sur la croissance économique de la Belgique et les nombreux talents qu’elle abrite. Grâce à une approche ciblée, notre pays peut évoluer vers un taux de participation accru au sein de la population active. Par ailleurs, les questions de diversité ont un impact positif sur les résultats des entreprises en matière de performances financières, d’innovation et d’ambitions ESG. Deux facteurs indispensables si nous voulons être compétitifs à l’échelle mondiale.

Retrouvez toutes les recommandations dans l’étude de BCG et Google ici.

Photo: Fauxels (Pexels)